Wartime Monopoly: The Dice Is Cast

[Français]

Monopoly Image WW2 Escape Kits
What do you really know about the Monopoly? (Photo credit: William Warby)

Who did never play Monopoly? The board game ranks among the most famous worldwide and everybody has once or twice lost a friend or flipped the table over because of a raging defeat. One will store a fortune up while others will end up completely broke; most will be sent to jail and pay enormous taxes to the state. What turns people into playing such a realistic version of what society is about?

The ancestor of the Monopoly, The Landlords’ Game, was designed in 1903 by Elizabeth Maggie as a way to put her political beliefs forward: the game illustrates (very well) the fact that the rules of real estate, property and rent were not thought to make everybody equal, but rather for a few monopolists to take over common wealth.

Though it was first meant as an educational tool, it already entertained millions of people by the 1930’s and the game was exported to Europe where it had quite as much success. In Nazi Germany, however, the Monopoly was denounced because of its “Jewish speculative character” and sold way less. But this national preference would soon slip away; the Monopoly’s entry into numerous 1940’s households was just a detail when WW2 broke out. European wounds opened again, and most countries tore one another apart; war camps were established across Germany and they were home (sweat home) to a lot of Allied pilots captured on the enemies’ soil.

Monopoly ad
Monopoly ad, circa. 1936 (Source)

And it was war; but the Geneva Convention had tackled the POW status when it was ratified in 1929, and it still granted prisoners with rights – related to food, religious needs, medical treatments, and so on and so forth. One article of the convention specified that they could be delivered games to kill time: and why not play again that recent one which had gained general approval before WW2 was triggered off?

The initiative did not really come from the prisoners: rather from a man nicknamed ‘Clutty’. Christopher Clayton Hutton was a British pilot during WW1 who got hired by the MI9 – nope, not the very James Bond’s – in the wake of the conflict, partly because he had a knack for illusionists and magicians. And the British intelligence service was at the time looking for a way to smuggle POWs out of German war camps.

Hence, it comes as no surprise that Clutty came up with the idea of hiding various items designed to help Allied prisoners escape their cells into a board game; after all, he admired Houdini who had toured Europe covered in padlocks, and would break free every time… Hutton knew, by experience, there always was a way out.

He decided to produce a very special version of the Monopoly, to be sent as ‘entertainment material’ to Allied POWs. First, Clutty partnered with the game manufacturer, Waddingtons, which mastered the ability to print silk maps; then he and his team designed several other devices to be found only by their fellow soldiers. Among the regular metal tokens, a compass and a file would be added; German and French money would be concealed beneath Monopoly fake bills; eventually, the silk maps would be hidden within the board.

Peinture Monopoly Parodie WW2 Escape kits
Monopoly playing back in the days… Joost Veerkamp, The Monopoly Players, adapted from Caravaggio’s Supper at Emmaus (1600). (Source: WorldofMonopoly)

Following the design, carving of the regular boxes was undertaken, so as to make these items completely invisible: then only would the games be really turned into I-Want-To-Break-Free kits to be delivered to Allied POWs. Shipping was neither left to chance: the liberty parcels would bear fake charities or organizations’ names, along with encouragement and support notes so as not to raise any suspicion. One read for instance a specific Bible quote, which could draw prisoners’ attention to the parcel’s saving purpose, Clutty recalls: “Ask and it shall be given you; seek and ye shall find; knock and it shall be opened unto you” (Matthew 7:7). Careful attention to detail was required, overseen by Hutton’s team: organizations that were said to be Liverpool-based would wrap the packages’ contents with Liverpool newspapers. No mistake was allowed, since it only took one clue to reveal that the key of the prisoners’ salvation was included in those board games.

Then, some of them were sent to war camps, along with regular Monopoly games – would any suspicious version be discovered, and none could ever be handed to a POW, neither for entertaining nor for escaping purposes…

But this is one of the mere examples or wartime tricks that did actually work. The fake Monopoly boards were supposed to be destroyed upon using, which had two consequences: 1, Clutty’s project remained a secret until 1985 (!) and 2, not so much evidence is left to this day to estimate how many POWs did escape using the Monopoly sets. Overall, it is said that an amount ranging from a few hundreds to several thousands of soldiers made its way out thanks to Hutton and the MI9 team.

So, to conclude: all it took to get these prisoners out of war camps was a political activist who designed a real-estate-business-like game, a company to manufacture and promote it, a WW1 veteran, a worldwide-famous illusionist to draw inspiration from, and the Geneva Convention. Would any of these have lacked, perhaps the course of war would have changed, who knows? After all, even the smartest initiative can start by simply rolling the dice.

 


Sources:


 

 

Qui n’a jamais joué au Monopoly ? Ce jeu de société est sans aucun doute l’un des plus célèbres au monde, et tout un chacun a déjà exulté en empochant la cagnotte du « parking gratuit » ou renversé la table de jeu après une banqueroute fictive… Dans le cours du jeu, on peut passer de la fortune à la faillite, de la gloire à l’indifférence, du deuxième prix au concours de beauté aux barreaux d’une cellule – en somme, c’est un résumé d’une heure de la scène rock des années 60/70’s.

Mais que connaît-on vraiment de ce jeu considéré presque comme une institution ?

Pour le savoir, il faut remonter à l’ancêtre du Monopoly, The Landlords’ Game, qui fut dessiné en 1903 par l’activiste Elizabeth Maggie afin de mettre en avant ses idéaux politiques. Selon elle, le jeu illustre très bien les réalités du marché immobilier, de la propriété et de la rente : il démontre que les règles qui les gouvernent ne visent pas à rendre les acteurs du marché égaux, mais bien à contribuer à la création de monopoles dans lesquels peu concentrent la richesse de tous.

Elizabeth Maggie Monopoly patent
Brevet déposé par Elizabeth Maggie pour The Landlords’ Game, 1904. (Source: Wikipedia)

Mais bien qu’il ait été conçu avant tout en qualité d’outil pédagogique, le Monopoly divertissait déjà des millions de gens dans les années 30 et s’exporta en Europe avec  un succès fulgurant. Seule exception à la règle : l’Allemagne nazie, condamnant son « caractère judéo-spéculatif », causa un net recul des ventes sur son territoire. Mais l’entrée du jeu de société dans de nombreux foyers à travers le monde sera vite éclipsée par un événement d’envergure (où l’on perd bien plus) ; les plaies européennes, fraîchement cicatrisées, se rouvrent à nouveau et le monde bascule dans le second conflit mondial.

De nombreux pilotes alliés vont ainsi être capturés et retranchés dans des camps de prisonniers disséminés à travers l’Allemagne. Fort heureusement pour eux, la Convention de Genève a depuis le dernier conflit planétaire abordé le statut du prisonnier de guerre en 1929, et leur a accordé des droits – une clause spécifie d’ailleurs qu’ils sont autorisés à recevoir des passe-temps ou des jeux afin de s’occuper : pourquoi ne pas alors jouer encore à celui qui était tout juste devenu célèbre avant que la guerre n’éclate ?

1024px-Signing_of_the_first_geneva_convention
Charles Edouard Armand-Dumaresq, Signature de la première Convention de Genève, 1864 (Source: Wikimedia). Le traité sera révisé en 1906, 1929 (où il abordera le statut des prisonniers de guerre) puis en 1949, 1977 et 2005 !

En réalité, l’initiative n’est pas directement venue des prisonniers, mais plutôt d’un homme surnommé « Clutty ». Christopher Clayton Hutton était un pilote britannique pendant la Première Guerre Mondiale, qui fut recruté par le MI9 – non, pas celui de James Bond – à l’issue du conflit, et ce en partie parce qu’il était fasciné par les magiciens et les illusionnistes en tous genres. Et l’intelligence britannique cherchait justement à réaliser un tour impossible : faire s’évader ses prisonniers de guerre.

Clutty démontra tout de suite qu’il était l’homme de la situation : il proposa de dissimuler divers outils qui aideraient ses compatriotes à s’évader dans un jeu de société. Après tout, il admirait le grand Houdini qui avait pris l’habitude de mettre à bas serrures et cadenas ; Clutty savait, d’expérience, qu’il existait toujours un moyen de faire sauter les verrous.

Il décida donc de produire une version très spéciale du Monopoly que l’on enverrait en qualité de “divertissement” aux prisonniers alliés. Hutton et son équipe conçurent (dans le plus grand secret) les éléments à intégrer au jeu original : une boussole et une lime seraient ajoutées aux pions métalliques ; de la monnaie allemande et française, en petites coupures, dissimulée parmi les billets de banque factices ; enfin, des cartes détaillées du territoire, cachées dans le plateau de jeu.

Les boîtes furent ensuite minutieusement préparées afin de rendre ces items invisibles – Clutty le savait, des fouilles systématiques attendaient les colis destinés à ses compatriotes. Tout devait sembler légitime, aussi rien ne fut laissé au hasard. Les paquets furent étiquetés aux noms de fausses organisations caritatives, et on y ajouta des messages d’encouragement à destination des soldats prisonniers afin de ne pas éveiller les soupçons. L’un d’eux resta en mémoire de Clutty bien après l’événement : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. » (Matthieu, 7 :7). En effet, ce verset de la Bible avait également vocation à révéler à leurs destinataires la vraie nature du jeu qui les accompagnait : une porte de sortie. Et tant pis s’ils ne passent pas par la case départ, et ne reçoivent pas 200€.

L’attention accordée au moindre détail confinait presque à l’obsession : ainsi, si une association bidon était soi-disant basée à Liverpool, alors le contenu du colis qu’elle envoyait était emballé dans des journaux locaux.

Le plan était lancé, les dés jetés. Des kits d’évasion furent transférés aux camps allemands, accompagnés de nombreux Monopoly authentiques. La consigne fut passée de détruire les fausses éditions afin de ne pas découvrir l’habile stratagème orchestré par Hutton et son équipe. Cela eut deux conséquences : 1, le projet resta un secret pendant quarante ans après la fin de la guerre, et 2, les preuves matérielles sont rares pour étudier la matière plus en détail aujourd’hui. On estime qu’un nombre de soldats oscillant entre quelques centaines et plusieurs milliers ont pu s’évader grâce à l’édition Clutty du Monopoly.

tumblr_nct89uxweU1somw7ho4_500
Rich Uncle Pennybags/Mr. Monopoly dans la série Les Simpson (Source: The Hustle)

Pour récapituler, il aura fallu une activiste politique pour imaginer un jeu fondé sur la propriété immobilière, une compagnie américaine pour le produire, le distribuer et l’exporter, un vétéran de la Première Guerre et un roi de l’évasion duquel il puisera son inspiration, et une certaine Convention de Genève pour sortir ces prisonniers alliés de leurs camps. Si l’une des pièces avait manqué à l’appel, qui sait, le cours de l’histoire en aurait peut-être été changé ? Une chose est sûre : si vous vous faites jeter en prison lors de votre prochaine partie, gardez votre calme. Le Monopoly a cela de magique qu’il peut vous emprisonner sur une case en carton, mais briser des barreaux bien réels.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s