Mary Celeste: Mystery At Sea

[Français]

Mary-Celeste
(Source: HauntedRooms)

On November the 7th 1872, Benjamin Briggs woke up in New York. First thing he did was to walk towards his bedroom window and take a glimpse outside: it had been almost two weeks that the bad weather prevented him and his crew from sailing across the Atlantic to Genoa, Italy. But this time, the sky looked well, and a smile appeared under Captain Briggs black beard… With no further thinking, he rushed to Staten Island harbor to prepare the upcoming departure, followed by his wife and 2-year-old daughter, who would both come along.

Benjamin is a true seaman, born in Massachusetts to Nathan Briggs, an experienced sailor himself whose five sons went at sea. Nevertheless, he knows that no voyage should be taken lightly. Once aboard, he proceeds to check everything before he is given the green light to sail off. The ship Mary Celeste now exits the harbor and is not to be seen from the American shores anymore.

crew
The crew enlisted aboard the Mary Celeste (Source: maryceleste.net)

On December the 5th of the same year, David Reed Morehouse is at the help of his vessel Dei Gratia near the Azores Island – about 1,300 kilometers away from the coast of Portugal – when he is warned that a ship has been spotted ahead: this is the Mary Celeste, whose captain Morehouse had met a month ago in New York… Frowning at the ship odd moves, he sends two of his men, Oliver Deveau and John Wright, to board the American vessel and investigate. After all, the ship should have already reached Genoa.

Oliver and John come back on the Canadian Dei Gratia looking slightly distraught. When their captain asks them about the vessel situation, he is answered that the ship was completely deserted, although everything seemed quite normal aboard: the food supplies were untouched, so was the alcohol freight to be delivered, as well as the crew members’ personal belongings. The last entry in the log book was dated November 25 and did not evocate any havoc or particular damage that would have urged the crew to abandon the vessel.

But the only lifeboat was missing. What then had driven a seasoned captain and his carefully-selected-7-men-crew out of the ship? The mystery was only starting, and since that time, every kind of conclusion has been drawn – yes, even the ones including giant squids.

Capt Morehouse of Dei Gracia
Capt. Morehouse (Source: Gibraltar)

Morehouse salvaged the ship and led it to Gibraltar, where the court hearings started on December 17 to shed light on that mystery. However, unfortunately for the captain and his crew, who had proceeded to keep the ship and its freight safe at the risk of their lives – only 3 people were at the command of the Mary Celeste and 5 on the Dei Gratia deck, which was definitely not enough to steer in good conditions – the Attorney General was convinced that there had been criminal offense though he had no evidence of it. Morehouse would be really likely to suffer from the accusations in his future maritime career, and he only received £1,700 for the salvage (about 20% of the salvaged ship actual value).

Quick game: want to solve the mystery by yourself? Pick your favorite conclusion among the ones (really) discussed!

  • The crew eventually drunk some of the alcohol that was to be delivered in Genoa and assassinated Captain Briggs and his family. (However, the alcohol freight was denatured, thus not likely to be drunk… I know, life at sea is tough, but still.)
March2212B3
Hence the expression “Drunk as a sailor” (Source: Carlos Grethe, 1888 via maggieblanck)
  • Both captains Morehouse and Briggs had agreed on that scenario when they met in New York a few days before departure, as an insurance fraud attempt.
  • As gases emanated from the alcohol shipment, the likelihood of explosion and/or poisoning forced the captain to order the ship’s immediate abandonment.
  • A waterspout (kind of a tornado at sea) occurred during the journey, bringing the evacuation of the ship forward. (Variants include seaquakes and sea monsters attacks, like giant squids or… crabs.)
  • There would have been a racist African-American passenger aboard whose hate for white people would have made him murder the whole crew. (However, this solution was invented by a 25-year-old Arthur Conan Doyle, and somehow considered seriously for a short time.)
  • A swimming competition would have been set up, eventually leading to everybody on board exiting the ship (the story comes with a lot of details supporting the evidence that was found aboard, and in that version, the sole survivor managed to get into the lifeboat, reach the Azores and change identity in order not to be investigated about.)
  • Aliens had showed up in flying saucers and taken everybody with them. (Paranormal explanations also involve the Bermuda Triangle option, though the mystery took place miles away from the legendary ‘wreckful’ area location.)
  • Pirates from North-Africa would have boarded the ship and murdered the crew (why then was it found with its freight later on by Morehouse? Maybe pirates just like action.)
  • Aggressive rats would have hidden in the ship’s hold and drunk some of the denatured alcohol, which drove them crazy as they started to attack the crew. Briggs and his men tried to escape with the lifeboat but they were chased by the swimming rats… [What will happen next? Write your own end to the story!]
  • The crew would have mistaken a whale for an island, and whale (pun intended) they had anchored the ship to take a few steps on the ground, the animal would have dived into the ocean, killing them all.

Alright, so… You see? We are about as close to solving this mystery as we are to turning the voracious rats’ solution into a high-grossing movie.

About one and a half centuries later, the mystery remains, and the Mary Celeste is known to be the most famous ghost ship, her story being retold and reinvented – as early as 1883, the Los Angeles Times evocated that a fire would still have been burning in the kitchen, or that the last log book entry was dated one hour only before Morehouse found the deserted ship.

One thing is true though: neither Captain Briggs and his family, nor any of the crew members were seen anymore. Which led Brian Hicks to conclude that “the ghost ship may be the best example of the old proverb that the sea never gives up its secrets.”


Sources:


 

Nous sommes le 7 Novembre 1872, et Benjamin Briggs vient tout juste de se réveiller dans son appartement new-yorkais. Son premier réflexe est de scruter l’horizon à travers la fenêtre de sa chambre : cela fait presque deux semaines que le mauvais temps l’empêche de prendre la mer… Mais aujourd’hui, le ciel paraît clément, et un sourire accroche la barbe brune du capitaine Briggs. Sans plus attendre, il se rend au port de Staten Island afin d’assurer les préparatifs du départ, accompagné de sa femme et de sa fille de 2 ans, qui le joindront dans l’aventure.

Benjamin_Briggs_captain_of_Mary_Celeste
Abe Lincoln Capt. Briggs (Source: Wikipédia)

Benjamin est un vrai loup de mer, né au Massachusetts de Nathan Briggs, lui-même un marin d’expérience dont les cinq fils prirent un jour la mer. C’est sans doute la raison pour laquelle le capitaine a sélectionné avec soin son équipage : il le sait mieux que personne, aucune traversée ne doit être prise à la légère. Après un examen minutieux du navire, le Mary Celeste est enfin autorisé à larguer les amarres, et ce n’est déjà plus qu’une silhouette fantomatique tranchant la brume hivernale du port de New York. Destination : Gênes, Italie.

Le 5 Décembre de la même année, exactement quatre semaines plus tard, David Reed Morehouse est à la barre du bâtiment canadien Dei Gratia et navigue près des Açores – à environ 1 300 kilomètres de distance des côtes portugaises – lorsqu’un membre d’équipage surprend à la longue-vue un navire droit devant. Le capitaine Morehouse n’a pas l’ombre d’un doute : il s’agit bien du Mary Celeste, dont il a rencontré le capitaine quelques semaines auparavant à New York. Mais que fait-il ici, alors qu’il aurait dû atteindre sa destination depuis bien longtemps déjà ?

Depuis la cabine de pilotage, Morehouse fronce les sourcils. Il ne reçoit aucune réponse aux signaux que ses hommes envoient, et n’aperçoit personne sur le pont principal du bateau américain. D’un signe de la tête, le capitaine envoie son second et un membre d’équipage inspecter le Mary Celeste.

Lorsqu’Oliver Deveau et John Wright reviennent dans la cabine du capitaine, ce dernier ne peut s’empêcher de remarquer leur air décontenancé. Il les presse alors d’expliquer la situation à bord, mais l’incompréhension de ses hommes lui paraît vite légitime : ils n’ont trouvé personne à bord. Pourtant, il restait six mois de vivres dans les cales, la cargaison d’alcool à destination de Gênes s’y trouvait toujours, ainsi que les objets de valeur des marins disposés négligemment dans leurs quartiers. La dernière note dans le journal de bord date du 25 Novembre et n’évoque aucune situation à risque rencontrée par l’équipage du Mary Celeste

Tout porte alors à croire qu’il s’est purement et simplement volatilisé.

Cependant, le seul canot de sauvetage amené à bord est reporté manquant. Qu’est-ce-qui avait donc conduit un capitaine et sa demi-douzaine de marins aguerris à abandonner le navire ? L’énigme du Mary Celeste commençait tout juste, un mystère qui n’aurait de cesse de s’épaissir au fil des années.

mc_chart
Carte des trajets des deux navires à travers l’Atlantique. (Source: maryceleste.net)

Morehouse décide néanmoins de ramener le bateau fantôme à Gibraltar, ce qui n’est pas chose aisée, puisqu’il doit diviser son équipage en deux : trois hommes dont Deveau devront mener le Mary Celeste à bon port tandis que les cinq marins restants prendront les commandes du Dei Gratia. Au prix de grands efforts, tous parviennent sains et saufs à la péninsule britannique, où un tribunal est mis en place sans attendre pour faire toute la lumière sur l’histoire.

Les audiences débutent le 17 Décembre et sont présidées par un procureur général du nom de Frederick Flood. Malheureusement pour le capitaine du Dei Gratia, Flood martèle, en dépit du manque de preuves, qu’un crime a été commis… Cela affectera durablement la carrière de Morehouse qui ne tirera que 1 700£ du bateau secouru – soit un cinquième de la valeur réelle du navire et de sa cargaison – et sa réputation se trouvera gravement entachée par les accusations portées à son encontre… Très vite en effet, plusieurs solutions sont proposées, toutes plus farfelues les unes que les autres.

  • Les cales du navire abritant une grande cargaison d’alcool, l’équipage se serait laissé aller à la boisson et serait entré dans une folie meurtrière, assassinant le capitaine et sa famille. (Néanmoins, il est utile de préciser qu’il s’agissait d’alcool dénaturé, donc impropre à la consommation… La vie en mer, c’est pas facile, mais tout de même.)
  • Les capitaines Morehouse et Briggs se seraient entendus, lors de leur rencontre à New York, sur ce scénario afin d’entreprendre une arnaque à l’assurance.
  • Des gaz toxiques émanant de la cale bourrée d’alcool auraient conduit le capitaine à ordonner l’abandon du navire, ce afin d’éviter tout risque d’intoxication ou d’explosion.
  • Une « trombe marine » (sorte de tornade sur les flots) se serait déchaînée dans le sillage du bateau, évacué en toute hâte par les marins saisis d’effroi. Les variantes de cette version incluent des tremblements de terre sous-marins voire même des attaques de monstres des profondeurs, tels que les calamars géants ou les… crabes mangeurs d’hommes (si, si).
  • Un Afro-Américain se serait glissé à bord et sa haine pour les personnes à la peau blanche l’aurait poussé à l’irréparable. (Cependant, cette histoire fut inventée par le jeune Arthur Conan Doyle, alors âgé de 25 ans, et je ne sais pour quelle raison elle fut considérée comme une éventualité par les spécialistes de l’affaire.)
  • 1297730785183_ORIGINAL
    Reconstitution des faits avec des cascadeurs professionnels. Ne pas réaliser chez soi. (Source: theDailyObserver)

    Le capitaine et son second se seraient défiés lors d’une compétition de natation autour du bateau, mais pas un concours de circonstances, tous les marins venus assister au spectacle auraient fini par passer par-dessus bord, le bateau dérivant ainsi sans que personne ne puisse y remonter. (Selon cette théorie riche en détails, le seul survivant parvient néanmoins à détacher le canot de sauvetage et rejoint les Açores, où il change d’identité de peur d’être impliqué dans le mystère qui plane autour de l’enquête.)

  • Des extraterrestres auraient débarqué sans prévenir dans leurs soucoupes volantes puis emmené les pauvres marins avec eux dans la quatrième dimension. (Une autre hypothèse paranormale évoque le légendaire Triangle des Bermudes – bien que les faits se soient déroulés à des milliers de kilomètres de sa localisation.)
  • Des pirates issus d’Afrique du Nord auraient abordé le navire et tué son équipage (mais pourquoi alors Morehouse aurait-il trouvé le bâtiment déserté et plein à craquer d’alcool et de vivres ? Peut-être les pirates aiment-ils seulement l’adrénaline…)
  • Des rats très agressifs se seraient dissimulés dans les cales du Mary Celeste et, après absorption de quelques gouttes de l’alcool qui y était entreposé, se seraient brusquement laissés tenter par la chair humaine. Pris de panique, les marins mirent à l’eau le radeau de sauvetage, mais après quelques coups de rame, auraient réalisé que les rats les suivaient à la nage et… [à vous de finir l’histoire et d’en envoyer le scénario au mauvais réalisateur de votre choix.]
  • L’équipage aurait accosté sur une petite île et, après avoir jeté l’ancre et fait quelques pas sur le plancher des vaches, aurait réalisé trop tard que l’île en question n’était autre qu’une baleine faisant surface… L’animal aurait aussitôt replongé, emportant par le fond les marins médusés – et laissant leur bateau intact bringuebaler à sa surface.

Un siècle et demi plus tard, le mystère reste entier, et le Mary Celeste a acquis la sombre réputation de bateau-fantôme le plus célèbre au monde. Son histoire sera maintes fois racontée et déformée : dès 1883, le Los Angeles Times inventait qu’un feu brûlait toujours dans la cuisine du navire, ou que la dernière entrée dans le journal de bord aurait été rédigée une heure avant la découverte de Morehouse.

Une chose est néanmoins certaine : ni le capitaine Briggs et sa famille, ni aucun membre d’équipage ne sera revu après les faits… Ce qui donna à Brian Hicks le sentiment que « le bateau-fantôme pourrait être la meilleure illustration du vieux proverbe qui dit que la mer ne livre jamais ses secrets. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s