The Hill of Crosses / Jurgaičiai, Lithuania

Français

hill-of-crosses-374763_1920
Crossroads. Like, literally.

Vampire friends who are currently reading this post, beware! If there is one place on Earth you’d better avoid, this is the one. Neither because it is located atop a hill and that sunbeams can reach it easily, nor is it an area covered in garlic crops. But at the top of Lithuania’s Hill of Crosses, you would find more than 100,000 causes to die on the spot.

The locals call it Kryžių kalnas. Located about 12 kilometers north from Šiauliai, Lithuania’s fourth largest city, this place is considered nowadays a major pilgrimage spot. Over the years, pilgrims, visitors and curious minds have checked out the Hill and sometimes left behind a crucifix, a religious relic, statue, painting, or any other faith-related item that would find a home at the Hill of Crosses.

But beyond the traditional pilgrimage spots that one may find all across Europe, this one also mirrors the country’s history and the Hill has been, through hard times, a haven for hope-seekers and prayer-sayers. Let’s jump back in time to understand what makes it so special to Lithuanians.

hill-of-crosses-2003396_1920
“Come on, you gotta be kidding”  – Dracula

The Eastern European country has indeed experienced various stages in the course of its history; as early as the 18th century, both Prussia and Russia started gaining on Lithuania’s territories on both sides. The sandwiched country would be put under Russian rule (featuring censorship and ‘cultural imperialism’) and revolts were violently suppressed.

When WW1 broke out, Germans interfered and pushed Lithuania towards independence – even though this move aimed at creating a satellite state, it was achieved in 1918. Following German occupation, came the Soviets: both sides forced the country to differ from its WW2-neutral stand, and Lithuania became part of the Soviet Union in 1940. It would take half a century (and the fall of the USSR) for the East-European country to regain its independent status, although with fragile economic, social and political health.

Signatarai.Signatories_of_Lithuania
The Council of Lituania ratified the Act of Independence on February 16, 1918. (Photo credit: Lietuvos nacionalinis muziejus/National Museum of Lithuania via Wikipedia, CC BY-SA 2.5)

In this context where invaders and powerful troublemakers chased one another, the Hill of Crosses could be considered a shelter from foreign influence as well as a bastion of Lithuanian independence, resistance and cultural identity. From 130 in 1900, the number of crosses atop Kryžių kalnas rose to 400 four decades later. Accounting for the site’s success in keeping the locals’ spirits up, the Russians demolished it at least three times and put a lot of effort into removing the crosses, which still amounted to some 55,000 at the turn of the 21st century. Nowadays this figure has doubled up, and among the Hill of Crosses’ recent donations, even one made out of Lego can be found.

Considering the time and the efforts made towards achieving peace and freedom of mind in Lithuania, following numerous centuries of oppression, the expression ‘Way of the Cross’ finds a perfect illustration here.

 


Sources:


 

 

Amis vampires qui lisent cet article, prenez garde ! S’il y a un endroit sur Terre que vous feriez bien d’éviter, c’est celui-ci. Non, ce n’est ni l’un des points les plus ensoleillés du globe, ni l’un des bastions de la culture d’ail ; en revanche, au sommet de la Colline des Croix, en Lituanie, vous trouveriez près de 100 000 causes de mort prématurée.

Les locaux l’appellent Kryžių kalnas. Situé à douze kilomètres au nord de Šiauliai, la quatrième ville la plus importante du pays, l’endroit est un lieu de pèlerinage renommé. Au fil des années, pèlerins, visiteurs et curieux s’y sont pressés, laissant derrière eux un témoignage de leur foi ou de leur respect pour la culture lituanienne : un crucifix, une relique, une statue de la Vierge, un portrait de saint, ou tout autre objet qui a trouvé à la Colline des Croix sa nouvelle maison.

Hill_of_Crosses,_Lithuania_(7368050012)
Des visiteurs du monde entier viennent laisser leur marque au sommet de la colline lituanienne… Certains fabriquent même la leur de branches glanées sur place ! (Credit: yeowatzup via Wikimedia)

Mais au-delà de son statut de lieu de pèlerinage, homologue de tant d’autres à travers l’Europe, celui-ci reflète également l’histoire de tout un pays. La Colline a été, dans les temps les plus durs, un havre d’espoir et de paix dans un contexte permanent d’insécurité. Remontons un peu le temps pour comprendre ce qui la rend si spéciale auprès des Lituaniens.

Le pays d’Europe de l’Est a, en effet, souvent été la victime des forces impérialistes qui dominaient son époque. Coincé entre l’Empire Russe et le Royaume de Prusse, il a vu son territoire grignoté des deux côtés par les ambitions dévorantes de ses voisins. Prise en sandwich, la Lituanie a subi la domination russe dès le 18ème siècle (incluant la censure et l’impérialisme culturel, entre autres subtilités) et les révoltes qui ont enflammé son cœur indépendantiste furent réprimées dans le sang.

Flag_of_Lithuanian_SSR.svg
Drapeau lituanien sous l’impérialisme soviétique (introduit en 1953) : l’un des symboles de l’identité culturelle lituanienne convertis à la marque communiste, tout comme le furent la presse et l’alphabet durant la Guerre Froide (Source: Wikimedia)

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, les noms des acteurs ont changé, mais les forces en présence restent les mêmes. L’Allemagne, héritière de la Prusse, pousse le pays vers son indépendance – derrière ces nobles volontés se cache l’ambition d’en faire un état satellite – qui est actée en 1918. Après l’occupation allemande, c’est au tour des Soviétiques d’envahir Vilnius : les deux puissances s’écharpent pour sortir la Lituanie de son statut de pays-neutre pendant le second conflit mondial, qui rejoint bien malgré elle l’Union Soviétique en 1940. Il faudra tout juste un demi-siècle, et la chute de l’URSS, pour que la nation est-européenne retrouve son indépendance, héritant d’institutions fragiles et d’une mauvaise santé économique et sociale.

Dans ce contexte où envahisseurs et fauteurs de trouble se chassaient l’un l’autre, la Colline des Croix apparut comme un phare dans la nuit, garante de l’identité culturelle lituanienne que les influences étrangères menaçaient, bastion de résistance et d’indépendance. De 130 en 1900, le nombre de croix au sommet de Kryžių kalnas a grimpé à près de 400 quatre décennies plus tard. Témoignant du succès du site à tenir le moral des Lituaniens, les Russes le démolirent par trois fois et déployèrent de nombreux efforts pour évacuer les reliques, dénombrées à près de 55 000 au tournant du 21ème siècle. Aujourd’hui, ce chiffre a doublé, et parmi les legs des visiteurs à la Colline, on trouve même un crucifix en Lego !

Désormais, visiter ce lieu et y laisser un témoignage, c’est reconnaître ce combat pour la paix et la défense des cultures individuelles – des valeurs gagnées, pour les Lituaniens, au terme d’un véritable chemin de croix.

The Riddle of Thebes

Français

sphinx-2116041_1280
The Great Sphinx of Giza: from Ancient Greece to Egypt, the mythical creature is accounted for across many beliefs and various places. Though, the figure remains enigmatic to this day.

The temperature was high, and the landscape around the traveler seemed to blur away. Nevertheless, he kept walking forward. It had been days he was on the road, and yet, he could not cast his glance on the white contours of his destination. The road was rocky, but Mediterranean plants would, here and there, have got through the sandy, ocher-colored soil.

Indeed, as the road grew larger, the smell of nearby olive and fig trees hit his nostrils: the smell of the area carried something really familiar to him, he noticed, a memory rooted in his senses. The Greek traveler glanced down: in the sand, footprints and the outlines of chariots’ wheels multiplied. The trees around him seemed to spread their branches away, clearing the view forward: and he smiled at what he saw, since finally, the city of Thebes was in sight.

All of a sudden, an enormous shadow was cast upon him. He realized in fright that a monster had been flying above him, and now its massive frame was landing on the ground, blocking the way. The frightened young man restrained a scream. Facing him, a gigantic monster, the body of a lion crowned with a female-like head, and wings spreading from each side of its back.

sphinx dunbar gb walter baxter
The body of a lion, a female head, wings and a snakelike tail: the figure of the Sphinx according to Greek mythology, here represented in Dunbar, GB (Credit: Walter Baxter via Geograph)

“The legend was true,” he thought, trying to remain calm. He had heard wayfarers mentioning that Thebes was guarded by some monster, some long-time-ago inherited curse that had been the cause for an increase in the number of deaths at the gates of the city, and subsequently for a decrease in visitors. The King of Thebes himself had promised to offer the throne to anyone who would dispose of the terrifying beast, called “the Sphinx”. But, as far as the man knew, it did not kill at first sight. It was supposed to ask a riddle to everybody willing to enter the city, and anyone who could not answer correctly turned out to be next on the Sphinx’s menu.

Despite his tiredness, his wobbling legs, the brave traveler stood still, and waited for the monster to speak. As the cloud of dust caused by the Sphinx’s landing was blown away, he could see the creature well, whose smile and eyes conveyed beauty and intelligence – the rest of the body indicating brute force and ferocious behavior. “Which creature has one voice and yet becomes four-footed and two-footed and three-footed?” the Sphinx asked calmly.

The Greek knew that would he not be up to the beast’s challenge, this vision would be his last: the gates of Thebes, some kilometers away in the distance, unreachable. He had been really unfortunate over the last few months, he thought; after he was told by the Oracle of Delphi that he would kill his father and marry his mother, he had left his parents, Polybus and Merope, respectively King and Queen of Corinth, and had headed north, to Thebes. Then, on his way, he had fought with somebody driving a chariot out of the city, escalating to a deadly struggle which eventually left the man, named Laius, dead in the sand. And now his mind was racing to solve the Sphinx’s riddle… “Which creature has one voice and yet becomes four-footed and two-footed and three-footed?” he recalled to himself.

Oidipous_sphinx_MGEt_16541_reconstitution.svg
Depiction of the riddle-time: Tondo of an Attic red-figure kylix, 480–470 BC, from Vulci. (Source: Vatican Museum, Museo Gregoriano Etrusco, room XIX)

And the solution finally appeared, like magic, in his mind: the Greek’s anxious face cleared as he answered confidently: “the man.” Every human being indeed starts his life four-footed, crawling to the ground before being able to walk on two legs; and when one’s end is getting near, one uses a cane as a support for walking. This was it!

The Sphinx bowed his head and indicated to the exhausted traveler that he had succeeded. The latter would know, sometime later, that the beast had killed itself following its success – paving the way for him becoming the next King of Thebes as he married Jocasta, queen of the city…

What he did not know, however, was that the familiar feelings he had with the city were well-founded: he later learned that he had been raised in Thebes, until being chased by his father as a baby. At the time, he was way too young to remember his own royal parents, namely King Laius and Queen Jocasta. From this point forward, Oedipus remembered. And lamented.

 


Sources:


 

 

La température était élevée, le soleil, de plomb dans un ciel clair, brouillant les paysages alentour. Néanmoins, l’homme poursuivit son chemin, inlassablement. Cela faisait des jours qu’il avait pris la route, sans pour autant avoir ne serait-ce qu’aperçu les murailles blanches de sa destination. La voie était rocailleuse, mais des plantes méditerranéennes avaient, çà et là, percé le sol couleur d’ocre.

En effet, alors que la route s’élargissait, l’odeur d’oliviers et de figuiers lui chatouilla les narines. Les parfums de la région avaient quelque chose d’étrangement familier, pensa-t-il, un souvenir enraciné dans ses sens. Le Grec baissa les yeux : dans le sable, les empreintes de pas et de roues des chariots se multipliaient. Les arbres autour de lui parurent écarter leurs branches pour dégager la vue ; et enfin, le voyageur sourit à cette vision tant attendue, celle des portes de Thèbes.

John_Frederick_Lewis_-_The_Ramesseum_at_Thebes_-_Google_Art_Project
John Frederick Lewis, The Ramesseum at Thebes, circa. 1841-1851. (Source: Wikimedia)

Tout à coup, une ombre énorme fut jetée sur lui. Il réalisa, en levant la tête, qu’une créature avait volé au-dessus de lui, et désormais, elle abattait son énorme carcasse sur le sol sablonneux, lui barrant le passage. L’homme retint un cri d’effroi. Face à lui, un monstre gigantesque, le corps d’un lion couronné d’une tête de femme, avec des ailes s’élançant de chaque côté de son dos.

« La légende disait vrai, » lâcha l’homme dans un souffle, tentant de garder son calme. Il avait entendu par des voyageurs l’histoire d’un monstre, héritage d’une malédiction millénaire, qui gardait les portes de Thèbes. Le roi de la cité avait même, disait-on, promis le trône à quiconque viendrait à bout de cette terrifiante créature, que l’on connaissait sous le nom de « Sphinx ». Mais, d’après ce qu’il en savait, la bête n’attaquait pas d’entrée de jeu. D’abord, elle soumettait aux voyageurs soucieux de pénétrer dans la ville une énigme réputée insoluble ; puis, si ces derniers ne parvenaient à en venir à bout, elle les dévorait sans une once de pitié.

gods of egypt sphinx
 Le Balrog de Morgoth  le Sphinx représenté dans le film d’Alex Proyas Gods of Egypt (2016). Il soumet l’énigme suivante : “Je n’ai jamais été, on m’attend toujours ; personne n’a pu me voir ni me verra jamais ; pourtant, je suis exactitude pour tout ce qui vie et respire. Qui suis-je ?” La réponse : “Demain.” (Photo source: MoviePilot)

Malgré ses jambes branlantes et sa fatigue, le courageux voyageur se tint droit, résolu. Le nuage de poussière qui avait accompagné l’atterrissage du Sphinx se dissipait, et il put détailler la mystérieuse créature, dont les yeux et le malin sourire dégageaient quelque beauté énigmatique doublée d’une grande intelligence. (Le reste de son corps ne trahissant que sa férocité et sa nature belliqueuse.) Soudain, d’une voix féminine pleine de malice, le Sphinx demanda :

Quelle créature n’a qu’une seule voix, et pourtant marche sur quatre pattes, puis deux, puis trois ?

Le Grec savait que s’il ne se montrait pas à la hauteur du défi que la bête lui lançait, cette vision, celle des lointaines mais pourtant si proches portes de Thèbes, serait sa dernière. Il avait décidément joué de malchance ces derniers temps : après que l’Oracle de Delphes lui annonça qu’il était destiné à tuer son père et épouser sa mère, il avait quitté ses parents, Polybe et Mérope, respectivement roi et reine de Corinthe, et avait fait route vers le nord. Puis, sur le chemin de Thèbes, il s’était querellé avec un homme qui conduisait un chariot hors de la ville, une lutte fatale qui devait laisser le sexagénaire, un dénommé Laïos, pour mort sur la route de pierre. Et voilà qu’il faisait désormais face au légendaire Sphinx, maudissant une providence qui ne lui laissait pas l’ombre d’une chance ! Mais l’homme était malin, son esprit pétri d’ingéniosité : il se répéta l’énigme du monstre sans pour autant perdre son sang-froid. « Voyons… Quelle créature n’a qu’une seule voix, et pourtant marche sur quatre pattes, puis deux, puis trois ? » se questionna-t-il.

Et soudain, la solution lui apparut, comme par magie : le visage froissé du Grec s’éclaira et il répondit avec assurance : « l’homme ».

Le Sphinx baissa la tête, indiquant au voyageur qu’il avait gagné le droit de poursuivre son chemin. Ce dernier apprendra plus tard que la bête s’était ensuite dévorée elle-même, mettant fin à ses jours et au régime de terreur qui crispait toute la cité depuis de longues années. Suite à cet acte de bravoure, il épousa la reine de Thèbes, Jocaste, et se résolut enfin à reprendre en main une vie placée sous de bien mauvais augures…

Ce que l’homme ignorait, en revanche, c’est que cette sensation bien familière qui l’avait gagnée aux abords de la cité était bien fondée : il apprit plus tard qu’il avait été élevé à Thèbes, jusqu’à ce que son père ne le chasse alors qu’il n’était encore qu’un bébé. A l’époque, le Grec était bien trop jeune pour se souvenir de ses royaux parents, le Roi Laïos et la Reine Jocaste. Depuis ce jour, Œdipe se rappela. Et se lamenta.

The Linguist Parrot

Français

parrot-2466268_1280_pixabay

If one wanted to forecast which future career awaited Alexander von Humboldt, born in Prussia in the second half of the 18th century, it was just enough to look at the studies he was pursuing: biology, anatomy, foreign languages, geology, even astronomy – an array of subjects at which he was to excel, destining him to become a brilliant explorer.

In 1792, he was appointed at a job within the Prussian Department of Mines, where he would oversee gold production for the government. This occupation did not prevent him from conducting his science experiments further: Alexander made use of its extensive knowledge to build his reputation, and he eventually got to meet the famous philosopher Goethe.

By the end of the century, von Humboldt felt ready to explore the world. He looked for an expedition to come along in France, but facing the political instabilities of that time, he eventually pushed his luck forward in Spain. There, although it had been three centuries that Columbus had “discovered” the New World, the Spanish authorities were still willing to send scientists to America, in order to know more about local fauna and flora. The King of Spain gave the expedition his green light and blessing: von Humboldt jumped aboard and the ship Pizarro sailed to Venezuela in June 1799.

Stieler,_Joseph_Karl_-_Alexander_von_Humboldt_-_1843
Joseph Karl Stieler (1943), Alexander von Humboldt (Source: Wikimedia)

During these years, Alexander kept on sketching species he had never seen before, taking notes about this new environment. His older brother, Wilhelm, was to become a famous linguist – is it the reason why Alexander was also so keen to recording the locals’ languages? Indeed, in 1800, as the expedition moved along the wild shores of the Orinoco River, deep in the Venezuelan jungle, a strange lingo reached von Humboldt’s ears: it was a local tribe’s, the Maypures.

The tribesmen appeared as an interesting-enough field of study for the expedition to stop by. The Spanish crew anchored its ship near the Maypures’ village which, adding to the exotic scenery, echoed with the singing of marvelous, colorful Amazon parrots. One could not get his eyes off these beautiful creatures – von Humboldt was no exception to the rule – and this is how the Prussian explorer noticed that the birds did not use the locals’ dialect. Investigating this oddity, he learned that these parrots had been living with a rival tribe, now extinct, that used to be settled nearby the Maypures’ territory.

Von Humboldt immediately interested himself to the exotic birds, writing down the phonetics of what they would say, making sure to keep track of his discoveries. Hence a dead lingo, none of whose speakers could ever share the secret, was kept alive.

Sometime later, Alexander von Humboldt resumed his journey across the New World: Cuba, Mexico, the United States… The Spanish royal expedition kept on investigating the American continent until it eventually sailed back to Europe four years later, reaching Bordeaux (France) in August 1804.

Head-claw-Vultur-gryphus-Humboldt-Zoologie-T09p170
One of von Humboldt’s drawings: introducing the Andean condor (Vultur Gryphus). Extracted from: Alexander v. Humboldt, Beobachtungen aus der Zoologie und Vergleichenden Anatomie gesammelt auf einer Reise nach den Tropen-Ländern des neuen Kontinents, in den Jahren 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 und 1804 von Al. von Humboldt und A. Bonpland. Bearbeitet und herausgegeben von Ersterem. Did you really read all of that? (Source: Wikipedia)

The talking parrots’ event was to be forgotten among the large amount of works Alexander published once back, for which he received worldwide acclaim. Von Humboldt pioneered modern geology, naturalist science, and is said to have influenced Charles Darwin, Henry David Thoreau, among others. His fame gave rise to ‘Humboldtian science’ based on accurate observation and precise measure, and everyone willing to push science forward would do well parroting his words:

Nature herself is sublimely eloquent. The stars as they sparkle in firmament fill us with delight and ecstasy, and yet they all move in orbit marked out with mathematical precision.

Ironically, the Orinoco region would, more than a century later, trigger the interest of another bird expert: an American ornithologist, who studied species living in the Caribbean. That very person, as von Humboldt, would also become associated with investigation skills: the author Ian Fleming would indeed borrow his name for his spy character, the very well-known 007 agent… Bond. James Bond.


Sources:


 

Si quelqu’un voulait deviner la destinée qui attendait Alexander von Humboldt, un Prussien né dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, il lui suffisait de jeter un œil aux études qu’il poursuivait : biologie, anatomie, langues étrangères, géologie, et même astronomie – une grande variété de disciplines qui lui constituerait la panoplie idéale de l’explorateur en devenir.

Il commence sa carrière en 1792 dans le Département des Mines, une branche du gouvernement prussien supervisant l’activité minière. Cette occupation lui laisse néanmoins le temps de poursuivre ses recherches scientifiques : il rencontre d’ailleurs l’illustre Goethe au cours de ses travaux, dont il se fait rapidement un ami. Les connaissances étendues d’Alexander ne tardent pas à lui bâtir une petite réputation dans la communauté scientifique.

Auréolé de ses premiers succès, von Humboldt se sent prêt à explorer le monde. Il se met alors en quête d’une expédition où il pourrait mettre ses talents au service de la découverte : après des recherches infructueuses en France, c’est vers la péninsule ibérique que sa destinée l’appelle. Bien que Christophe Colomb aie « découvert » l’Amérique trois siècles plus tôt, la Couronne d’Espagne est toujours encline à envoyer des vaisseaux patrouiller sur les côtes du Nouveau Monde, en vue d’en apprendre davantage sur la faune et flore locales. Le jeune Alexander embarque donc à bord du Pizarro qui met les voiles vers l’Amérique centrale en juin 1799.

Humboldt_and_Bonplant_in_the_Jungle
Eduard Ender (vers 1850), Alexander von Humboldt et Aimé Bonpland dans la jungle amazonienne (Source: Wikimedia). Von Humboldt se lancera à la découverte des Amériques en compagnie du Français, qui co-signera nombre de ses écrits. En effet, c’était un bon plan.

Lancé à l’aventure sur les terres du Venezuela, von Humboldt croque dans ses carnets des espèces inconnues, des plantes mystérieuses. Il consigne tout ce qui le surprend et le fascine dans ce nouvel environnement. Son frère aîné, Wilhelm, est un linguiste accompli – est-ce la raison pour laquelle Alexander se passionne également pour les dialectes locaux ? Toujours est-il qu’en 1800, alors que le navire glisse le long du fleuve Orinoco, dans la jungle vénézuélienne, un langage inconnu parvient à ses oreilles attentives : il s’agit de celui d’une tribu locale, les Maypures.

Cette rencontre semble un motif suffisant pour que l’expédition se décide à s’arrêter dans le coin. Pendant les jours qui suivent, Alexander note fébrilement toutes les découvertes qu’il fait dans le village des Maypures qui, pour ajouter à son décor exotique, résonne du chant de perroquets multicolores.

Justement, à y voir de plus près, l’explorateur prussien découvre que ces créatures magnifiques ne « parlent » pas tout à fait le même langage que les habitants du village. Cette curiosité le pousse à poursuivre ses recherches ; il apprend que les oiseaux avaient longtemps vécu avec une tribu rivale, celle des Apures, depuis lors éteinte. Comme on pouvait s’y attendre, von Humboldt s’intéressa immédiatement aux perroquets, et put retranscrire phonétiquement la plupart de leurs « conversations ». C’est ainsi qu’un langage disparu, que personne au monde ne pourrait plus jamais parler, resta en vie.

Quelques temps plus tard, l’expédition espagnole quitta les berges du fleuve et reprit son voyage à travers le Nouveau Monde : Cuba, le Mexique, les Etats-Unis… Il faudra attendre 1804 pour que les explorateurs ne fassent leur retour en Europe, leur navire finissant sa course en août à Bordeaux.

Arbeitszimmer_des_Alexander_von_Humboldt_in_Berlin,_Oranienburger_Str._67_(Gemälde)
Eduard Hildebrandt (1842), Arbeitszimmer des Alexander von Humboldt in Berlin, Oranienburger Str. 67 (Source: Wikipedia).

La rencontre avec les perroquets ne fut pas consignée comme un épisode marquant de l’épopée du scientifique prussien, et elle fut oubliée au milieu des notes pléthoriques de von Humboldt. Quatre années de rencontres et de découvertes lui attirèrent la sympathie et le respect des scientifiques du monde entier, et Alexander ouvrit la voie à la géologie moderne, à l’étude naturaliste, et inspira des grands noms du siècle à venir, tels Charles Darwin ou Henry David Thoreau.

Sa gloire donna même naissance à « la science humboldtienne », fondée sur l’observation précise et la mesure chirurgicale d’un environnement, et tout un chacun voulant faire avancer la science plus avant aura tôt fait de répéter (comme un perroquet) ses mots :

La Nature est, en elle-même, sublimement éloquente. Les étoiles, qui brillent au firmament, nous remplissent de plaisir et d’exaltation ; et pourtant toutes se meuvent dans leur orbite avec une précision mathématique.

Ironiquement, la région de l’Orinoco sera amenée, plus d’un siècle plus tard, à attirer la curiosité d’un autre expert en oiseaux : un ornithologue américain, spécialiste des volatiles des Caraïbes. Et, tout comme Alexander von Humboldt, celui-ci sera également associé avec de grands talents d’enquêteur, puisque l’auteur Ian Fleming utilisera son nom pour baptiser le plus célèbre espion du monde. Un certain Bond… James Bond.

Wartime Monopoly: The Dice Is Cast

Français

Monopoly Image WW2 Escape Kits
What do you really know about the Monopoly? (Photo credit: William Warby)

Who did never play Monopoly? The board game ranks among the most famous worldwide and everybody has once or twice lost a friend or flipped the table over because of a raging defeat. One will store a fortune up while others will end up completely broke; most will be sent to jail and pay enormous taxes to the state. What turns people into playing such a realistic version of what society is about?

The ancestor of the Monopoly, The Landlords’ Game, was designed in 1903 by Elizabeth Maggie as a way to put her political beliefs forward: the game illustrates (very well) the fact that the rules of real estate, property and rent were not thought to make everybody equal, but rather for a few monopolists to take over common wealth.

Though it was first meant as an educational tool, it already entertained millions of people by the 1930’s and the game was exported to Europe where it had quite as much success. In Nazi Germany, however, the Monopoly was denounced because of its “Jewish speculative character” and sold way less. But this national preference would soon slip away; the Monopoly’s entry into numerous 1940’s households was just a detail when WW2 broke out. European wounds opened again, and most countries tore one another apart; war camps were established across Germany and they were home (sweat home) to a lot of Allied pilots captured on the enemies’ soil.

Monopoly ad
Monopoly ad, circa. 1936 (Source)

And it was war; but the Geneva Convention had tackled the POW status when it was ratified in 1929, and it still granted prisoners with rights – related to food, religious needs, medical treatments, and so on and so forth. One article of the convention specified that they could be delivered games to kill time: and why not play again that recent one which had gained general approval before WW2 was triggered off?

The initiative did not really come from the prisoners: rather from a man nicknamed ‘Clutty’. Christopher Clayton Hutton was a British pilot during WW1 who got hired by the MI9 – nope, not the very James Bond’s – in the wake of the conflict, partly because he had a knack for illusionists and magicians. And the British intelligence service was at the time looking for a way to smuggle POWs out of German war camps.

Hence, it comes as no surprise that Clutty came up with the idea of hiding various items designed to help Allied prisoners escape their cells into a board game; after all, he admired Houdini who had toured Europe covered in padlocks, and would break free every time… Hutton knew, by experience, there always was a way out.

He decided to produce a very special version of the Monopoly, to be sent as ‘entertainment material’ to Allied POWs. First, Clutty partnered with the game manufacturer, Waddingtons, which mastered the ability to print silk maps; then he and his team designed several other devices to be found only by their fellow soldiers. Among the regular metal tokens, a compass and a file would be added; German and French money would be concealed beneath Monopoly fake bills; eventually, the silk maps would be hidden within the board.

Peinture Monopoly Parodie WW2 Escape kits
Monopoly playing back in the days… Joost Veerkamp, The Monopoly Players, adapted from Caravaggio’s Supper at Emmaus (1600). (Source: WorldofMonopoly)

Following the design, carving of the regular boxes was undertaken, so as to make these items completely invisible: then only would the games be really turned into I-Want-To-Break-Free kits to be delivered to Allied POWs. Shipping was neither left to chance: the liberty parcels would bear fake charities or organizations’ names, along with encouragement and support notes so as not to raise any suspicion. One read for instance a specific Bible quote, which could draw prisoners’ attention to the parcel’s saving purpose, Clutty recalls: “Ask and it shall be given you; seek and ye shall find; knock and it shall be opened unto you” (Matthew 7:7). Careful attention to detail was required, overseen by Hutton’s team: organizations that were said to be Liverpool-based would wrap the packages’ contents with Liverpool newspapers. No mistake was allowed, since it only took one clue to reveal that the key of the prisoners’ salvation was included in those board games.

Then, some of them were sent to war camps, along with regular Monopoly games – would any suspicious version be discovered, and none could ever be handed to a POW, neither for entertaining nor for escaping purposes…

But this is one of the mere examples or wartime tricks that did actually work. The fake Monopoly boards were supposed to be destroyed upon using, which had two consequences: 1, Clutty’s project remained a secret until 1985 (!) and 2, not so much evidence is left to this day to estimate how many POWs did escape using the Monopoly sets. Overall, it is said that an amount ranging from a few hundreds to several thousands of soldiers made its way out thanks to Hutton and the MI9 team.

So, to conclude: all it took to get these prisoners out of war camps was a political activist who designed a real-estate-business-like game, a company to manufacture and promote it, a WW1 veteran, a worldwide-famous illusionist to draw inspiration from, and the Geneva Convention. Would any of these have lacked, perhaps the course of war would have changed, who knows? After all, even the smartest initiative can start by simply rolling the dice.


Sources:


 

 

Qui n’a jamais joué au Monopoly ? Ce jeu de société est sans aucun doute l’un des plus célèbres au monde, et tout un chacun a déjà exulté en empochant la cagnotte du « parking gratuit » ou renversé la table de jeu après une banqueroute fictive… Dans le cours du jeu, on peut passer de la fortune à la faillite, de la gloire à l’indifférence, du deuxième prix au concours de beauté aux barreaux d’une cellule – en somme, c’est un résumé d’une heure de la scène rock des années 60/70’s.

Mais que connaît-on vraiment de ce jeu considéré presque comme une institution ?

Pour le savoir, il faut remonter à l’ancêtre du Monopoly, The Landlords’ Game, qui fut dessiné en 1903 par l’activiste Elizabeth Maggie afin de mettre en avant ses idéaux politiques. Selon elle, le jeu illustre très bien les réalités du marché immobilier, de la propriété et de la rente : il démontre que les règles qui les gouvernent ne visent pas à rendre les acteurs du marché égaux, mais bien à contribuer à la création de monopoles dans lesquels peu concentrent la richesse de tous.

Elizabeth Maggie Monopoly patent
Brevet déposé par Elizabeth Maggie pour The Landlords’ Game, 1904. (Source: Wikipedia)

Mais bien qu’il ait été conçu avant tout en qualité d’outil pédagogique, le Monopoly divertissait déjà des millions de gens dans les années 30 et s’exporta en Europe avec  un succès fulgurant. Seule exception à la règle : l’Allemagne nazie, condamnant son « caractère judéo-spéculatif », causa un net recul des ventes sur son territoire. Mais l’entrée du jeu de société dans de nombreux foyers à travers le monde sera vite éclipsée par un événement d’envergure (où l’on perd bien plus) ; les plaies européennes, fraîchement cicatrisées, se rouvrent à nouveau et le monde bascule dans le second conflit mondial.

De nombreux pilotes alliés vont ainsi être capturés et retranchés dans des camps de prisonniers disséminés à travers l’Allemagne. Fort heureusement pour eux, la Convention de Genève a depuis le dernier conflit planétaire abordé le statut du prisonnier de guerre en 1929, et leur a accordé des droits – une clause spécifie d’ailleurs qu’ils sont autorisés à recevoir des passe-temps ou des jeux afin de s’occuper : pourquoi ne pas alors jouer encore à celui qui était tout juste devenu célèbre avant que la guerre n’éclate ?

1024px-Signing_of_the_first_geneva_convention
Charles Edouard Armand-Dumaresq, Signature de la première Convention de Genève, 1864 (Source: Wikimedia). Le traité sera révisé en 1906, 1929 (où il abordera le statut des prisonniers de guerre) puis en 1949, 1977 et 2005 !

En réalité, l’initiative n’est pas directement venue des prisonniers, mais plutôt d’un homme surnommé « Clutty ». Christopher Clayton Hutton était un pilote britannique pendant la Première Guerre Mondiale, qui fut recruté par le MI9 – non, pas celui de James Bond – à l’issue du conflit, et ce en partie parce qu’il était fasciné par les magiciens et les illusionnistes en tous genres. Et l’intelligence britannique cherchait justement à réaliser un tour impossible : faire s’évader ses prisonniers de guerre.

Clutty démontra tout de suite qu’il était l’homme de la situation : il proposa de dissimuler divers outils qui aideraient ses compatriotes à s’évader dans un jeu de société. Après tout, il admirait le grand Houdini qui avait pris l’habitude de mettre à bas serrures et cadenas ; Clutty savait, d’expérience, qu’il existait toujours un moyen de faire sauter les verrous.

Il décida donc de produire une version très spéciale du Monopoly que l’on enverrait en qualité de “divertissement” aux prisonniers alliés. Hutton et son équipe conçurent (dans le plus grand secret) les éléments à intégrer au jeu original : une boussole et une lime seraient ajoutées aux pions métalliques ; de la monnaie allemande et française, en petites coupures, dissimulée parmi les billets de banque factices ; enfin, des cartes détaillées du territoire, cachées dans le plateau de jeu.

Les boîtes furent ensuite minutieusement préparées afin de rendre ces items invisibles – Clutty le savait, des fouilles systématiques attendaient les colis destinés à ses compatriotes. Tout devait sembler légitime, aussi rien ne fut laissé au hasard. Les paquets furent étiquetés aux noms de fausses organisations caritatives, et on y ajouta des messages d’encouragement à destination des soldats prisonniers afin de ne pas éveiller les soupçons. L’un d’eux resta en mémoire de Clutty bien après l’événement : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. » (Matthieu, 7 :7). En effet, ce verset de la Bible avait également vocation à révéler à leurs destinataires la vraie nature du jeu qui les accompagnait : une porte de sortie. Et tant pis s’ils ne passent pas par la case départ, et ne reçoivent pas 200€.

L’attention accordée au moindre détail confinait presque à l’obsession : ainsi, si une association bidon était soi-disant basée à Liverpool, alors le contenu du colis qu’elle envoyait était emballé dans des journaux locaux.

Le plan était lancé, les dés jetés. Des kits d’évasion furent transférés aux camps allemands, accompagnés de nombreux Monopoly authentiques. La consigne fut passée de détruire les fausses éditions afin de ne pas découvrir l’habile stratagème orchestré par Hutton et son équipe. Cela eut deux conséquences : 1, le projet resta un secret pendant quarante ans après la fin de la guerre, et 2, les preuves matérielles sont rares pour étudier la matière plus en détail aujourd’hui. On estime qu’un nombre de soldats oscillant entre quelques centaines et plusieurs milliers ont pu s’évader grâce à l’édition Clutty du Monopoly.

tumblr_nct89uxweU1somw7ho4_500
Rich Uncle Pennybags/Mr. Monopoly dans la série Les Simpson (Source: The Hustle)

Pour récapituler, il aura fallu une activiste politique pour imaginer un jeu fondé sur la propriété immobilière, une compagnie américaine pour le produire, le distribuer et l’exporter, un vétéran de la Première Guerre et un roi de l’évasion duquel il puisera son inspiration, et une certaine Convention de Genève pour sortir ces prisonniers alliés de leurs camps. Si l’une des pièces avait manqué à l’appel, qui sait, le cours de l’histoire en aurait peut-être été changé ? Une chose est sûre : si vous vous faites jeter en prison lors de votre prochaine partie, gardez votre calme. Le Monopoly a cela de magique qu’il peut vous emprisonner sur une case en carton, mais briser des barreaux bien réels.

Two Brothers & a Lawn Mower

Français

richard-farnsworth-as-alvin-straight-in-the-straight-story-19991
Richard Farnsworth as Alvin Straight in David Lynch’s 1999 The Straight Story. (Source: Streamline)

July 1994. Alvin Straight is a discreet inhabitant of Laurens, a village in Iowa: he’s even “a very aloof fellow that few people ever came to know,” according to a local. Leading a peaceful farming life, he keeps on living happily by the age of 73 with his wife and daughter. Alvin has the sense of family – he’s the proud father of seven children – but it’s been a long time he has not heard about his brother, Henry. They did not speak to each other for almost, what, ten years?

Until that day of July, when Alvin learns that Henry recently suffered a stroke; he packs gasoline, tent, and food supplies at lighting speed in his hurry to pay him a visit. The only thing is that his brother is settled in Blue River, Wisconsin – some 240 miles away – and that Alvin has neither a driver license, nor anybody to drive him all the way. But the Iowa farmer has more than one trick up his sleeve: without further thinking, he jumps on his lawn mower and rides it out of the garage, out of his property, out of town.

At a maximal speed of 5 miles per hour (8 km/h), Alvin keeps on driving straight. Unfortunately, his engine breaks after four days and he has to stop and to fix it. That being done, he resumes his journey across the U.S. until, 90 miles later, he is brought to another halt in Charles City: short of money, he has to wait a few more weeks to receive his monthly retirement benefits. And the tireless lawn mower starts on again… to eventually end up only two miles away from his brother’s house. A sympathetic farmer would help him push it all the way to Blue River.

The trip, which took 6 weeks in total, would have been mowing more than 38 hectares of land – the size of 71 US football fields – if it had been used the way it is designed for. In case he ever wanted to ride a lawn-mower again, Alvin was given a brand new John Deere machine from a Texan equipment supplier. He was also asked for numerous interviews, most of which he turned down.

Henry Straight recovered well, and decided to move later to Iowa so that he could see his lawn-mower-riding “superhebro” more often.

Alvin died in November 1996 in Laurens, at the respectable age of 76. A lawn mower similar to the one he had ridden during his great adventure across the country joined the funeral procession to the place he rests, in Ida Grove Cemetary.

There’s no one knows your life better than a brother that’s near your age. He knows who you are and what you are better than anyone on earth. My brother and I said some unforgivable things the last time we met, but, I’m trying to put that behind me… and this trip is a hard swallow of my pride. I just hope I’m not too late… a brother’s a brother.    

 – Alvin, The Straight Story (1999)

 


Sources:


 

Juillet 1994. Alvin Straight est un habitant discret du petit village de Laurens, dans l’Iowa. C’est même « un gusse très solitaire que bien peu ont eu l’occasion de connaître » selon les mots d’une locale. Fermier, Alvin vit sur ses terres avec sa femme et sa fille, qu’il n’a pas quitté depuis des années. Il a alors 73 ans. C’est certain, notre cher Alvin a le sens de la famille ; pourtant, cela fait un sacré bout de temps qu’il n’a pas entendu, vu ou parlé à son frère, Henry… Environ une décennie, au bas mot !

Jusqu’à ce jour de juillet, où l’un d’eux va (bien involontairement) rompre le silence : Alvin apprend que son frère a fait une attaque cardiaque et se décide à lui rendre une petite visite, des fois que ce serait la dernière. Le seul hic, c’est qu’Alvin n’a pas conduit depuis des années, il est presque aveugle et n’a de toute manière pas de permis de conduire… Et son frère souffrant a ses habitudes du côté de Blue River, dans le Wisconsin. A près de 400 kilomètres de là.

straight
Affiche du film The Straight Story de David Lynch (1999) qui raconte l’histoire d’Alvin. (Source: RadioRenasterea)

Mais le brave fermier a plus d’un tour dans son sac : en un éclair, il enfourche le seul bolide qui ne lui ait jamais fait défaut, son fidèle tracteur, qu’il conduit hors du garage, de la propriété et, très vite (façon de parler), hors de la ville.

A la vitesse maximale de 8 kilomètres à l’heure, Alvin continue son petit bonhomme de chemin au volant de sa tondeuse à gazon motorisée. Après quatre jours, son moteur tombe en panne et il doit s’arrêter pour le réparer. Il reprend ensuite son périple avant qu’une nouvelle défaillance l’immobilise quelques semaines à Charles City, où il attend le chèque mensuel de sa pension retraite en campant à côté de son engin. Et l’infatigable Alvin taille de nouveau la route… pour échouer à seulement une poignée de kilomètres de la maison de son frère. Un fermier compatissant l’aidera alors à pousser le tracteur jusqu’à Blue River.

The-Straight-story_a-lawnmower-roadtrip-journey-5-Small
Richard Farnsworth joue Alvin dans le film de David Lynch The Straight Story. Il sera nominé pour sa performance à l’Oscar du Meilleur Acteur, finalement remporté par Kevin Spacey pour son rôle dans American Beauty de Sam Mendes. (Source: kickasstrips.com)

Ouf ! Le voyage, qui aura pris au total six semaines, aurait pu tondre plus de 38 hectares, la surface d’une bonne cinquantaine de terrains de rugby – si la tondeuse avait été utilisée aux fins pour lesquelles elle a été conçue. A supposer qu’Alvin ai jamais eu envie de chevaucher à nouveau un tracteur après cette aventure, un équipementier texan lui offrira un John Deere flambant neuf. Alvin fut également sollicité pour de nombreuses interviews télévisées, qu’il déclina, pour la plupart.

Henry Straight fut rapidement remis sur pied, et décida plus tard de déménager dans l’Iowa afin de pouvoir rendre visite à sa famille plus régulièrement. Le rescapé de l’attaque cardiaque survécut à son frère : le moteur d’Alvin s’éteint en novembre 1996 à Laurens, à l’âge respectable de 76 ans. Un tracteur similaire à celui qui l’avait mené dans sa folle échappée se joignit à la procession funéraire, pour le mener jusqu’au Ida Grove Cemetary, où il repose depuis lors.

The Giant’s Causeway / Antrim, Northern Ireland

Français

Giant_Strip_new-two-resize
The Giant’s Causeway: built by titans? (Photo credit: Ireland.com)

There are three major things Northern Ireland is well-known for: the Belfast shipyard, where the Titanic was built with the tragic end we all know; the religious divisions that tore the country and eventually led to the Irish partition of 1921, establishing the Irish Free State (Southern Ireland) and Northern Ireland into two separate countries; and its amazing landscapes, featured in numerous series and movies such as Game of Thrones.

More specifically, when tourists visit Northern Ireland, they cannot miss a trip to the Giant’s Causeway (Irish: Clochán an Aifir), an amazing geological formation located 100 kilometers (about 60 miles) north from Belfast. There, on the Northern Irish shores, both wind and sea wash over volcanic stone pillars that all unbelievably bear the same hexagonal form. It is a true ‘from another world’ décor, said to have been shaped so some 50 million years ago.

Giants-Causeway-Ireland
Finn links Ireland and Scotland. (Source: Vivre en Irlande)

A local legend holds that this landscape was built by the Irish giant Finn McCool (Fionn mac Cumhaill) when he was challenged by his Scottish counterpart Benandonner from across the North Channel. Finn thus threw rocks into the sea so as to make way for both giants to engage in a titanic fight… He put all his might in this task, and fell asleep from tiredness right after the last stone of the path had been set.

The Scottish giant crossed the sea over the Giant’s Causeway, but when he set foot on Irish soil, Finn’s spouse, Onnagh, realized with horror that this opponent was terribly massive. There was no way her husband would win against such an impressive giant! Fortunately, she hit upon a good idea: she got sleepy Finn dressed as a baby and placed him in a cradle. When Benandonner knocked his rock-like fists at their door to teach Finn a lesson, Oonagh opened to him and said calmly: “Finn is not home yet; he’ll be back anytime soon. Please make yourself at home.”

Clenching his hands, the Scottish giant took a glimpse around, when he heard huge snores. Startled, he moved towards the source of the noise, and discovered the ‘baby’ in his cradle: when he saw the size of the kid, he could barely imagine how his father would look like – without further thinking, he run for the door and promised himself never to come back ever.

scotland-day-4-mull-iona-staffa-10
Fingal’s Cave, Staffa Island, Scotland. (Photo credit: Kevin&Amanda)

When he fled, Benandonner destroyed the causeway after him, so as not to be followed by the supposedly-supersized Finn McCool. On the other side of the North Channel, at a location known as Fingal’s Cave on Staffa Island (Scotland), the same geological formations can also be observed, remnants of the Scottish giant’s terrified flight…

So next time you go visit Northern Ireland, just sit down one of these hexagonal stones and glance at the horizon: you may catch sight of Benandonner, keeping a good distance away from Irish shores.

You’re safe: the diaper-wearing Finn is watching over you.


Sources:


 

Trois choses font la réputation de l’Irlande du Nord : les docks de Belfast d’où naquit le Titanic, dont le naufrage reste l’un des plus mémorables de l’histoire de la marine (et du cinéma) ; les divisions religieuses qui conduisirent l’île à se séparer en deux dès 1921, la partie nord restant rattachée au Royaume-Uni ; et des paysages somptueux qui attirèrent de nombreuses caméras, notamment celle des tournages de la série Game of Thrones.

Plus précisément, les touristes en visite en Irlande du Nord ne peuvent se permettre de manquer la Chaussée des Géants (en irlandais Clochán an Aifir), l’un des sites les plus emblématiques du pays. Cette formation géologique incroyable se situe à une centaine de kilomètres au nord de Belfast, où l’on se presse pour admirer un décor surgi d’un autre monde. Le vent et la marée battent inlassablement des colonnes de pierre volcaniques de forme hexagonale, dont la géométrie presque parfaite fut façonnée par la nature il y a de cela cinquante millions d’années.

IMG_2109
La Chaussée des Géants : façonnée par la nature… ou des titans belliqueux ? (Photo : S. Demory)

Une légende locale narre l’histoire d’un géant irlandais du nom de Finn McCool (Fionn mac Cumhaill) dont on dit qu’il fut un jour défié par son homologue écossais, nommé Benandonner. Finn aménagea alors cette voie en jetant des morceaux de roche dans la mer, afin de relier l’Irlande et l’Ecosse et donner lieu à ce combat de titans… Après plusieurs heures d’efforts, la dernière pierre de la chaussée est posée, et Finn, exténué, s’endort sur le coup.

BeFunky Collage 2
Les géants d’outre-Manche se préparent au combat. (Sources: GoUnesco et r8lst.com)

Seul hic : lorsque Benandonner traverse la Chaussée des Géants et pose son (énorme) pied sur le sol irlandais, l’épouse de Finn, Oonagh, réalise avec horreur que l’adversaire de son mari est bien plus massif que lui. Il n’a aucune chance de terrasser une telle montagne ! Heureusement, pour éviter la douche écossaise, il lui vient une idée lumineuse : elle déguise son mari en nouveau-né et l’installe dans un berceau démesuré. Quelques instants plus tard, des coups de tonnerre sont frappés à la porte des McCool…

Oonagh vient ouvrir la porte à Benandonner et, d’un geste poli, l’invite à entrer. « Mon mari est sorti, il sera de retour d’une minute à l’autre. Si vous voulez bien patienter à l’intérieur… » lui explique-t-elle d’un air détaché.

Le géant écossais s’exécute en grommelant, et pénètre dans la demeure de son adversaire en faisant craquer ses phalanges. Soudain, des ronflements puissants le font sursauter : il se retourne pour déterminer la cause du vacarme, et aperçoit Finn couché dans son berceau. Cette vision le saisit d’effroi : vu la taille du bébé, le père doit être monstrueux ! Sans une hésitation, Benandonner se rue vers la porte. Il rentre aussitôt chez lui, se promettant de ne jamais reposer son (finalement petit) pied sur le sol irlandais, et détruisant dans son sillage la Chaussée des Géants afin de ne pas être poursuivi.

De l’autre côté de la mer, à Fingal’s Cave, sur l’île écossaise de Staffa, on peut observer des formations géologiques similaires. Ce fut sans doute le point de départ comme le point de chute de Benandonner, dont la force brute ne sut se mesurer à la ruse d’Oonagh… Comme quoi, dans les légendes comme dans l’histoire, les grands hommes – au sens propre comme au figuré – sont souvent secondés par de grandes femmes.

BeFunky Collage
La Chaussée des Géants apparut notamment dans la série Les Simpson (S20 #14) et sur l’album Houses of the Holy (1973) de Led Zeppelin. (Sources: GlobalFilmLocations & Wikipedia)

The Malediction of the Templars

Français

Templars-banner
The Knights Templar: the (s)word of God? (Source: KnightsTemplarVault)

The whole story of the Templars is shrouded in mystery. Various theories and myths still lie within their history, including a deathly curse and the quest for a legendary treasure that was lost right after their fall in the early 14th century. But to understand how this religious order had gained such power during the Middle-Ages, it is worth investigating why it was created in the first place.

The Knights Templar’s origins lie within the First Crusade, a military expedition ordered by the Pope in the late 11th century to capture the holy city of Jerusalem, which was achieved in 1099. However, following that success, numerous Christian pilgrims who came to Palestine were attacked, and thus needed special protection: hence, in 1128, the Pope Honorius II made the Templars’ Order official. The Knights Templar soon grew in size, recruiting hundreds of new members to make up their own army; as Bernard de Clairvaux, who helped founding the order, wrote in 1135:

A Templar Knight is truly a fearless knight, and secure on every side, for his soul is protected by the armor of faith, just as his body is protected by the armor of steel. He is thus doubly armed, and need fear neither demons nor men.

But the Templars did not only know how to handle the sword. During the next two centuries, the religious order received donations from Christians, privileges from the Pope, as well as various riches amassed during their campaigns, including lands that they owned from Western Europe to Palestine. However, that fortune would help bringing about their fall. The King Philip IV of France coveted it while his own kingdom was going bankrupt. It only took two more steps to bring the Templars’ end forward: some serious accusations and a new Pope to arbitrate in favor of the French King.

philippe-le-bel-2-
King Philip ‘the Fair’… Does he really deserve his nickname? (Source: tradhistoire)

When Clement V was elected Pope in 1305, Philip knew the tide was turning. The Saracens had recovered their possessions in the Middle-East, forcing the Knights Templar to come back to their headquarters in Paris, at ‘the Temple Tower’ (la Tour du Temple). On September 14th 1307, King Philip ordered all the Knights Templar to be arrested and thrown into jail. Several days later, most of them had been captured, including their Grand Master Jacques de Molay; it was piece of cake to prove their guilt, as torture remained a powerful way of admitting somebody else’s invented crimes back then.

Jacques de Molay was sentenced to death in 1314, along Geoffroy de Charnay, to be burnt at the stake in the central island of Paris over the Seine River. However, while the orange flames danced around the Grand Master of the Order, he is said to have thundered: “Pope Clement, iniquitous judge and cruel persecutor, I summon you to appear before God’s tribunal in forty days! And you too, King Philip! May you be cursed until the thirteenth generation! ”

124485-004-17983647
Jacques de Molay warns his persecutors of their forthcoming tragic fate. (Source: Britannica)

One month later, the Pope died of a terrible disease and all his belongings were stolen by his servants. At the end of the year, the ‘Iron King’ Philip IV underwent the same fate: one version states that he was out hunting in a forest when a deer carrying a burning cross between his antlers charged at him. Anyway, the 46-year-old king suffered a stroke and passed away a few hours later, without any visible ache.

According to historical accounts, the curse of Jacques de Molay went on, and several of his heirs have undergone a tragic end, culminating in Louis XIV being executed at the height of the French Revolution. And it deserves to be pointed out that pretty gruesome deaths occured along the reign of the ‘Cursed Kings’ that would have made Game of Thrones look like a fairytale – one bumped his head on a door lintel, one starved to death for he believed he would be poisoned, another received a spear in the eye during a friendly jousting tournament… However, at the time, politics was mostly about eliminating one’s relatives to take the lead, and medical remedies included eating emeralds – what the Pope Clement V had done just before his death by the way – and blood-letting…

So the era was probably cursed too!

hospitaliers
The Knights Hospitalier: the other religious order which inherited the Templars’ fortune? (Source: planetejeanjaures)

Concerning the treasure that the Templars’ Order was said to have hidden in the Tour du Temple, in Paris: nothing was ever found by the King’s investigators.

The creativity of time has joined that legend with various others: freemasons may have taken over the Templars’ fortune; it might have been hidden and protected since then by knights on the run; and amongst the riches one may find the Holy Grail or the Ark of the Covenant…

The mystery lives on.

Any treasure hunters around here?

 


Sources:


 

Que connaissons-nous vraiment des Templiers ? Leur histoire tout entière est voilée de mystère, émaillée d’énigmes encore insolubles à ce jour. Des siècles de silence ont perpétué le secret du Temple et nourri d’innombrables théories du complot, toutes plus imaginatives les unes que les autres… Mais pour saisir comment cet ordre religieux a gagné tant d’importance durant le Moyen-Âge, il convient d’en analyser les fondations : celles-ci reposent dans le sang de la Première Croisade.

Schlacht_von_Montgisard_2
La Bataille de Montgisard, 1177 d’après Charles-Philippe Larivière (1844). Ce conflit opposant Chrétiens et Sarrasins intervient en plein cœur des Croisades. (Source: Wikipédia)

Ordonnée par le Pape Urbain II à la fin du onzième siècle, cette expédition militaire avait pour objectif premier de reprendre la Terre Sainte aux Sarrasins : ce fut mission accomplie avec la prise de Jérusalem en 1099. Le Pape Honorius II chargea  ensuite le futur Ordre des Templiers de protéger les pèlerins occidentaux sur la route de l’Orient, où ils étaient victimes de nombreuses embuscades. Cette officialisation papale allait se traduire par une augmentation nette des recrues de l’Ordre en vue de la constitution d’une véritable armée. Bernard de Clairvaux, un de ses membres fondateurs, déclina en 1135 les caractéristiques des Chevaliers du Temple :

Voilà vraiment un soldat inaccessible à la peur, et assuré de toutes parts : tout comme son corps revêt une cuirasse de fer, son âme “endosse la cuirasse de la foi”. Revêtu de cette double armure, il ne craint ni le démon, ni l’homme.

Pourtant, les Templiers ne maîtrisaient pas seulement la poigne de l’épée. Durant les deux siècles qui suivirent leur fondation, ils accumulèrent une quantité impressionnante de richesses, glanée au cours de leurs campagnes en Terre Sainte ou grâce aux donations des fidèles. D’Europe en Palestine, le rayonnement du Temple n’a pas d’égal ; c’est pourtant cette fortune qui précipitera sa ruine. Depuis son trône du Château de Fontainebleau, le Roi Philippe Le Bel mûrit son plan d’attaque. Il convoite l’argent des Templiers qui viendra donner un second souffle inespéré au royaume de France. Une lueur malveillante passe dans les yeux du souverain : il doit encore réunir deux éléments pour faire main basse sur la fortune de l’Ordre. D’abord, mettre dans sa poche un Pape qui plaidera en sa faveur, puis accuser les Templiers d’hérésie. Il ne faudra pas très longtemps pour que « le Roi de Fer » mette son plan à exécution.

En 1305, Clément V est élu Pape et il devient le premier pion sur l’échiquier du Roi de France. Ce dernier sent que le vent tourne en sa faveur ; les Sarrasins ont repris leurs territoires au Moyen-Orient et forcé les Chevaliers du Temple à rebrousser chemin jusqu’à la Tour du Temple, à Paris. Le 14 septembre 1307, Philippe le Bel ordonne l’arrestation immédiate de tous les Templiers, qui sont jetés au cachot un par un et soumis aux interrogatoires de l’époque – la torture a tôt fait de leur arracher une culpabilité forcée.

SiegeOfAcre1291
Le siège de Saint-Jean-d’Acre (1291) est la dernière déroute qui boutera les Templiers hors de Terre Sainte. (Source: Wikipédia)

Jacques de Molay, dernier Grand Maître de l’Ordre du Temple, est condamné à mort en 1314. Lorsqu’on le mène sur son bûcher, dressé sur l’Île de la Cité, l’homme ne tremble pas. La légende retient qu’au milieu des flammes ardentes qui l’encerclent, il tonne : « Clément, juge inique et cruel bourreau, je t’assigne à comparaître dans quarante jours au Tribunal de Dieu ! Et toi aussi, Roi Philippe ! Soyez maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! »

Un mois plus tard, nous retrouvons Clément V alité et bourré de remords qui expire après des semaines de souffrance. A la fin de cette même année, le Roi Philippe est victime d’une attaque alors qu’il participe à une chasse sur son domaine : le Roi de Fer, âgé de seulement 46 ans, est terrassé par un mal d’origine inconnue. Une version raconte qu’un cerf, une croix en feu entre ses bois, le chargea et précipita sa mort prématurée. D’autres y voient le signe de la malédiction jetée par Jacques de Molay depuis le brasier de son exécution…

Selon certains dires, la damnation ne s’arrêta pas aux seuls bourreaux du Grand Maître des Templiers. Qu’on y adhère ou pas, force est de reconnaître que la lignée de Philippe le Bel fera l’expérience d’une variété de causes de décès qui ferait passer Game of Thrones pour un conte de fées – c’est le début du règne des « Rois Maudits ». Louis X, par exemple, s’effondre après une partie endiablée de jeu de paume à l’issue de laquelle il s’est rafraîchi à l’eau glacée. Charles VI succombe à la folie après de nombreuses crises, durant lesquelles il attaque ses propres soldats. Charles VII meurt de faim de peur d’être empoisonné par son propre fils. Charles VIII, souverain sympathique, décède en se cognant la tête sur le linteau d’une porte. Henri II reçoit un éclat de lance dans l’œil de la part du capitaine de sa garde à l’occasion d’un tournoi de gala…

1024px-Tournament_between_Henry_II_and_Lorges
30 Juin 1559 : le tournoi où Henri II trouvera la mort, d’après une estampe allemande du XVIème siècle. L’adversaire du roi, Gabriel Ier de Montgomery, sera pardonné par le souverain sur son lit de mort. (Source: Wikipedia)

Alors, malédiction ou poisse des temps jadis ? Il convient de noter qu’à l’époque, la politique se résumait à assassiner ses proches afin de régner sans partage, et la médecine déclinait des remèdes aussi farfelus qui celui d’avaler des émeraudes – ce que fit Clément V sur son lit de mort – ou d’opérer des saignées qui aggravaient davantage la situation du « patient ». La faute à une époque qui, à n’en pas douter, était bel et bien maudite.

En ce qui concerne le trésor laissé par les Chevaliers du Temple à leur arrestation, les enquêteurs du Roi Philippe n’ont rien trouvé en mettant à sac la Tour du Temple. Depuis, la fantaisie du temps a greffé à la légende des Templiers d’autres mythes – et son trésor s’est enrichi du Graal et de l’Arche d’Alliance… Où est passé ce diable d’Indiana Jones quand on a besoin de lui ?

The Contest of Thor

Français

utgard-loki-challenge
Thor in the giants’ lair. (Source: The Norse Gods)

The Norse mythology overflows with legends involving giants, elves, mighty gods, bloodthirsty snakes, dwarves, and even a mythical tree that connects the Nine Worlds were all these people cohabit. Basically, it is an (even more) extended version of the Lord of the Rings and it comes as no surprise that Tolkien’s works have been heavily influenced by Scandinavian tales.

One of them tells the story of Thor in Jötunheimr, land of the giants.  Accompanied by Loki, he was supposed to reach Útgarð, the main citadel home to the giants of the country. On their way, the gods were joined by Þjálfi and Röskva, two children from a peasant family.

When night fell, the four of them desperately looked for a shelter in the dead of night, when somebody noticed a weird-shaped cavern nearby and all agreed to spend a few hours there. However, sometime later, numerous earthquakes awoke all four of them. Then, they realized they had been staying next to a giant whose glove they had mistaken for a cavern: it is his thunder-like snores that had caused the earthquakes.

I-am-the-Giant-Skrymir
Elmer Boyd Smith, I am the Giant Skrymir (1902). (Source: Norse-Mythology)

The next day, the giant introduced himself as Skrýmir and all five decided to travel together. But the bastion of the giants was still far away, and after walking the entire day, the group stopped for the night in a forest. Overnight, Thor reached out for his hammer and struck it straight at the sleeping giant’s face, but the latter awoke calmly, asking if a leaf had fallen on him. This was a great surprise for Thor whose hammer was amongst the most powerful weapons of the whole kingdom!

On the next morning, the company split since Skrýmir decided to head north, while the rest of the group headed east, and made it to Útgarð on that day. When they took a closer look at the citadel, they realized that the gates were closed and when none of them, after several unsuccessful tries, managed to break them open, they simply slipped between the giant-sized bars of the main entrance.

Inside, they were met by a group of giants sitting at a feast, presided by Útgarða-Loki, master of the bastion. The latter challenged them to a contest in order to prove that none could ever compete with a giant… Loki was the first to come forward, stating that he could eat faster than anyone. Útgarða-Loki then called for the right challenger amongst his people, named Logi. Both were placed next to a table packed with meat, and Loki was defeated by his opponent who had not only devoured his whole share of meat but also the bones and the plate.

The second challenge opposed Þjálfi and the giant Hugi at a racing competition, but once again, Thor’s company lost despite the young man’s speed. His anger beating his temples, Thor decided that he would be the next challenger… into a drinking contest. He was given a full horn of some liquid and was supposed to empty it in no more than tree swallows, which he again couldn’t quite manage. But Thor was not about to give up. The god asked anybody in the room to wrestle with him, confident that he was of hiw own strength. Útgarða-Loki sent some old woman named Elli forward, and in a few moves, she overpowered a startled Thor.

valhalla_5_04_stor
Here comes a new challenger… Thor v. Elli in Peter Madsen’s comic Valhalla 5: Rejsen til Udgardsloke (1989). (Source: PlanetPulp)

Disappointed and tired, Thor, Loki, Þjálfi and Röskva were allowed to spend the night within the castle and provided with some food. The next morning, all four agreed to leave discretely and as they walked towards the gates, they were joined by Útgarða-Loki who led them to the exit.

Once they had stepped outside, the master of the castle admitted that he had never seen such amazing strength and skills from anybody. He confessed that he was Skrýmir, the giant they had met in the forest, and explained why all four of them had failed in their respective tasks.

Loki had competed against fire (Logi means fire in old Norse) and this was why it consumed the meat faster; the racing competition was set between Þjálfi and thought (Hugi) which made it impossible to catch up with; the horn given to Thor was filled with the sea, and though the immense swallows could not quite empty it all, it had created impressive waves throughout the night; last but not least, Thor had wrestled against old age itself (Elli) and nobody can challenge old age.

Even the fact that Thor failed smashing the giant in the face with his hammer was a trick; Skrýmir had slipped a mountain between his forehead and the god’s weapon so as to prevent himself from being knocked out…

Upon hearing this, Thor attempted – again – to smash the giant’s face, but at that very moment, both Skrýmir and his castle disappeared, leaving the companions into a vast and deserted territory.

On a side note: throughout this tale, which remains one of the most famous among the Norse mythology, we’ve witnessed drinking, running, eating and wrestling contests. Frankly, why do we still follow the Greek tradition of Olympics and not the Scandinavian one instead?


Sources:


 

La mythologie scandinave regorge de légendes impliquant des géants, des elfes, des dieux surpuissants, des serpents de mer avides de sang et même un arbre mystique qui connecte les Neuf Mondes où ces différents peuples cohabitent. Pour faire simple, tout cet univers est une version (très) longue du Seigneur des Anneaux ; il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que Tolkien puisa très largement dans le folklore scandinave pour l’ensemble de ses œuvres.

L’une des histoires les plus populaires de la mythologie nordique raconte l’aventure de Thor à Jötunheimr, contrée des géants. Accompagné par Loki, le dieu vise à atteindre Útgarð, la forteresse qui abrite une grande partie des géants habitant ces steppes. Sur le chemin, Loki et Thor sont rejoints par Þjálfi and Röskva, les enfants d’un couple de paysans donnés en tribut aux dieux.

Quand la jour vient à s’évanouir, la petite bande se met en quête d’un abri, jusqu’à ce que l’un d’eux découvre dans l’obscurité une drôle de caverne où ils décident de passer la nuit. Quelques heures plus tard, ils sont réveillés par d’affreux tremblements de terre qui font sursauter le sol sous leurs pieds : ils réalisent alors qu’un géant massif s’est endormi près d’ici, et que la soi-disante « caverne » n’est en fait que son gant qu’il a laissé traîner par terre. Les phénomènes tectoniques sont dus pour leur part aux ronflements puissants du géant assoupi.

thor_glove
Un abri qui leur va comme un gant ! (Source: Hurstwic)

Le jour suivant, la créature se présente à eux : elle se nomme Skrýmir et se propose de les accompagner pour un bout de chemin. Mais le bastion des géants n’est pas tout près, et après une journée entière de marche, le groupe s’arrête de nouveau pour passer la nuit au cœur d’une forêt. Pendant le sommeil du géant, alors que les étoiles font briller le marteau du dieu d’un éclat de Lune, Thor se saisit de son arme et l’abat sur le front de Skrýmir. Celui-ci se réveille en douceur et demande si une feuille vient de lui tomber sur le visage… Médusé, Thor regarde son marteau, incrédule : c’est pourtant l’une des armes les plus puissantes du royaume !

Au petit matin, la petite bande se sépare de Skrýmir qui prend un chemin vers le nord, tandis que Thor et ses compagnons se dirigent vers l’est.  Après une demi-journée d’efforts, ces derniers atteignent enfin la forteresse d’Útgarð dont les portes, si elles ne sont gardées par des sentinelles, sont irrémédiablement scellées. Cependant, elles sont bâties à l’échelle des géants qui l’habitent : les quatre aventuriers n’ont aucun mal à se glisser entre les barreaux et à pénétrer dans le château silencieux…

Après quelques pas, la troupe s’arrête net à la vue d’un groupe de géants attablé, où trône Útgarða-Loki, le maître des lieux. Ce dernier considère les nouveaux venus d’un œil malicieux, d’où semble jaillir une idée : il propose à ses visiteurs de sélectionner le défi de leur choix afin de leur prouver que les géants les surpassent en tous points. Loki est le premier à s’avancer : il assure qu’il est capable de manger plus vite que quiconque. Aussitôt, Útgarða-Loki fait sortir un géant nommé Logi de ses rangs et assoit les deux compétiteurs de part et d’autre d’une table recouverte de viande. Après le signal du départ, tous deux se mettent à dévorer leurs parts avec avidité ; mais le géant finit par être déclaré vainqueur car il est non seulement venu à bout de sa ration, mais a aussi dévoré les os et sa gamelle.

Qu’à cela ne tienne : le second défi oppose Þjálfi et un dénommé Hugi dans une course effrénée. Mais après trois manches remportées haut la main par ce dernier, les géants l’emportent une nouvelle fois… C’est au tour de Thor de rentrer dans le jeu au milieu des ricanements des géants attablés. Il propose un concours de boisson : son hôte lui remet entre les mains une corne remplie de liquide qu’il devra vider en moins de trois gorgées.

Encore une fois, la bande de Thor est défaite. Sentant la rage lui battre les tempes, le dieu soumet une dernière requête : sûr qu’il est de sa propre force, il se propose de défier quiconque dans l’assemblée à la lutte. Mais le maître des lieux ne paraît pas inquiété : d’un claquement de doigts, Útgarða-Loki a fait sortir du rang une vieille femme nommée Elli. Lorsqu’elle se lance avec acharnement dans l’affrontement, Thor réalise avec effroi qu’elle est beaucoup plus forte qu’elle n’y paraît : elle parvient à le maîtriser et le force au sol. Humiliée, la petite troupe prend congé des géants tandis qu’on leur offre un lit pour la nuit.

pjimage
Roy Thomas et John Buscema illustrèrent la compétition pour Marvel dans Thor #272: The Day The Thunder Failed (1978). La légende inclut un autre défi où l’on exige du dieu qu’il soulève le chat du maître des lieux… Thor ne parviendra qu’à soulever une de ses pattes ! (Source: RPG.net)

Le lendemain, Thor, Loki, Þjálfi et Röskva s’accordent pour quitter discrètement le château. Alors qu’ils marchent sans bruit vers les portes de la citadelle endormie, ils sont rejoints par Útgarða-Loki qui les conduit vers la sortie.

Lorsqu’ils ont enfin mis pied à l’extérieur, le maître des lieux leur avoue qu’il n’a jamais vu pareilles force et qualités athlétiques de la part de quiconque. Il leur confesse qu’il est en fait Skrýmir, le géant qu’ils avaient rencontré sur la route quelques jours plus tôt, et se met à expliquer ce pourquoi chacun d’entre eux a échoué dans sa tâche respective.

Loki avait affronté le feu (logi signifie « feu » en vieux nordique) et c’est pourquoi ce dernier avait consommé – ou consumé – toute la viande plus rapidement ; la course de Þjálfi lui opposait la pensée (hugi) qui va à n’en pas douter plus vite que quiconque ; la corne de Thor était remplie par la mer tout entière, et ses trois gorgées ont suffi à déclencher de puissantes vagues sur le pays ; enfin, la lutteuse qui mit à mal le dieu n’était autre que la vieillesse (elli) face à laquelle tout un chacun doit un jour capituler.

Le géant poursuit ses révélations devant les yeux écarquillés de ses invités-surprise. Même le fait que Thor n’ait pu égratigner le géant en lui écrasant la tête de son marteau était une ruse : en effet, Skrýmir avait placé une montagne entre son front et l’arme du dieu, empêchant ainsi les coups de lui infliger de sérieuses blessures…

Après ces confessions inattendues, Thor tente – une nouvelle fois – d’abattre son marteau sur le visage du géant, mais celui-ci disparaît aussitôt en un éclair, ainsi que son château. Les quatre compagnons se retrouvent alors au milieu d’une vaste plaine, verte et déserte.

Petite note personnelle : tout au long du conte, qui reste parmi les plus populaires du folklore scandinave, les dieux et les géants se livrent à des compétitions de nourriture, de lutte, de course et de boisson. Franchement, pourquoi suivons-nous encore la tradition grecque des Jeux Olympiques ?

Mary Celeste: Mystery At Sea

Français

Mary-Celeste
(Source: HauntedRooms)

On November the 7th 1872, Benjamin Briggs woke up in New York. First thing he did was to walk towards his bedroom window and take a glimpse outside: it had been almost two weeks that the bad weather prevented him and his crew from sailing across the Atlantic to Genoa, Italy. But this time, the sky looked well, and a smile appeared under Captain Briggs black beard… With no further thinking, he rushed to Staten Island harbor to prepare the upcoming departure, followed by his wife and 2-year-old daughter, who would both come along.

Benjamin is a true seaman, born in Massachusetts to Nathan Briggs, an experienced sailor himself whose five sons went at sea. Nevertheless, he knows that no voyage should be taken lightly. Once aboard, he proceeds to check everything before he is given the green light to sail off. The ship Mary Celeste now exits the harbor and is not to be seen from the American shores anymore.

crew
The crew enlisted aboard the Mary Celeste (Source: maryceleste.net)

On December the 5th of the same year, David Reed Morehouse is at the help of his vessel Dei Gratia near the Azores Island – about 1,300 kilometers away from the coast of Portugal – when he is warned that a ship has been spotted ahead: this is the Mary Celeste, whose captain Morehouse had met a month ago in New York… Frowning at the ship odd moves, he sends two of his men, Oliver Deveau and John Wright, to board the American vessel and investigate. After all, the ship should have already reached Genoa.

Oliver and John come back on the Canadian Dei Gratia looking slightly distraught. When their captain asks them about the vessel situation, he is answered that the ship was completely deserted, although everything seemed quite normal aboard: the food supplies were untouched, so was the alcohol freight to be delivered, as well as the crew members’ personal belongings. The last entry in the log book was dated November 25 and did not evocate any havoc or particular damage that would have urged the crew to abandon the vessel.

But the only lifeboat was missing. What then had driven a seasoned captain and his carefully-selected-7-men-crew out of the ship? The mystery was only starting, and since that time, every kind of conclusion has been drawn – yes, even the ones including giant squids.

Capt Morehouse of Dei Gracia
Capt. Morehouse (Source: Gibraltar)

Morehouse salvaged the ship and led it to Gibraltar, where the court hearings started on December 17 to shed light on that mystery. However, unfortunately for the captain and his crew, who had proceeded to keep the ship and its freight safe at the risk of their lives – only 3 people were at the command of the Mary Celeste and 5 on the Dei Gratia deck, which was definitely not enough to steer in good conditions – the Attorney General was convinced that there had been criminal offense though he had no evidence of it. Morehouse would be really likely to suffer from the accusations in his future maritime career, and he only received £1,700 for the salvage (about 20% of the salvaged ship actual value).

Quick game: want to solve the mystery by yourself? Pick your favorite conclusion among the ones (really) discussed!

  • The crew eventually drunk some of the alcohol that was to be delivered in Genoa and assassinated Captain Briggs and his family. (However, the alcohol freight was denatured, thus not likely to be drunk… I know, life at sea is tough, but still.)
March2212B3
Hence the expression “Drunk as a sailor” (Source: Carlos Grethe, 1888 via maggieblanck)
  • Both captains Morehouse and Briggs had agreed on that scenario when they met in New York a few days before departure, as an insurance fraud attempt.
  • As gases emanated from the alcohol shipment, the likelihood of explosion and/or poisoning forced the captain to order the ship’s immediate abandonment.
  • A waterspout (kind of a tornado at sea) occurred during the journey, bringing the evacuation of the ship forward. (Variants include seaquakes and sea monsters attacks, like giant squids or… crabs.)
  • There would have been a racist African-American passenger aboard whose hate for white people would have made him murder the whole crew. (However, this solution was invented by a 25-year-old Arthur Conan Doyle, and somehow considered seriously for a short time.)
  • A swimming competition would have been set up, eventually leading to everybody on board exiting the ship (the story comes with a lot of details supporting the evidence that was found aboard, and in that version, the sole survivor managed to get into the lifeboat, reach the Azores and change identity in order not to be investigated about.)
  • Aliens had showed up in flying saucers and taken everybody with them. (Paranormal explanations also involve the Bermuda Triangle option, though the mystery took place miles away from the legendary ‘wreckful’ area location.)
  • Pirates from North-Africa would have boarded the ship and murdered the crew (why then was it found with its freight later on by Morehouse? Maybe pirates just like action.)
  • Aggressive rats would have hidden in the ship’s hold and drunk some of the denatured alcohol, which drove them crazy as they started to attack the crew. Briggs and his men tried to escape with the lifeboat but they were chased by the swimming rats… [What will happen next? Write your own end to the story!]
  • The crew would have mistaken a whale for an island, and whale (pun intended) they had anchored the ship to take a few steps on the ground, the animal would have dived into the ocean, killing them all.

Alright, so… You see? We are about as close to solving this mystery as we are to turning the voracious rats’ solution into a high-grossing movie.

About one and a half centuries later, the mystery remains, and the Mary Celeste is known to be the most famous ghost ship, her story being retold and reinvented – as early as 1883, the Los Angeles Times evocated that a fire would still have been burning in the kitchen, or that the last log book entry was dated one hour only before Morehouse found the deserted ship.

One thing is true though: neither Captain Briggs and his family, nor any of the crew members were seen anymore. Which led Brian Hicks to conclude that “the ghost ship may be the best example of the old proverb that the sea never gives up its secrets.”


Sources:


 

Nous sommes le 7 Novembre 1872, et Benjamin Briggs vient tout juste de se réveiller dans son appartement new-yorkais. Son premier réflexe est de scruter l’horizon à travers la fenêtre de sa chambre : cela fait presque deux semaines que le mauvais temps l’empêche de prendre la mer… Mais aujourd’hui, le ciel paraît clément, et un sourire accroche la barbe brune du capitaine Briggs. Sans plus attendre, il se rend au port de Staten Island afin d’assurer les préparatifs du départ, accompagné de sa femme et de sa fille de 2 ans, qui le joindront dans l’aventure.

Benjamin_Briggs_captain_of_Mary_Celeste
Abe Lincoln Capt. Briggs (Source: Wikipédia)

Benjamin est un vrai loup de mer, né au Massachusetts de Nathan Briggs, lui-même un marin d’expérience dont les cinq fils prirent un jour la mer. C’est sans doute la raison pour laquelle le capitaine a sélectionné avec soin son équipage : il le sait mieux que personne, aucune traversée ne doit être prise à la légère. Après un examen minutieux du navire, le Mary Celeste est enfin autorisé à larguer les amarres, et ce n’est déjà plus qu’une silhouette fantomatique tranchant la brume hivernale du port de New York. Destination : Gênes, Italie.

Le 5 Décembre de la même année, exactement quatre semaines plus tard, David Reed Morehouse est à la barre du bâtiment canadien Dei Gratia et navigue près des Açores – à environ 1 300 kilomètres de distance des côtes portugaises – lorsqu’un membre d’équipage surprend à la longue-vue un navire droit devant. Le capitaine Morehouse n’a pas l’ombre d’un doute : il s’agit bien du Mary Celeste, dont il a rencontré le capitaine quelques semaines auparavant à New York. Mais que fait-il ici, alors qu’il aurait dû atteindre sa destination depuis bien longtemps déjà ?

Depuis la cabine de pilotage, Morehouse fronce les sourcils. Il ne reçoit aucune réponse aux signaux que ses hommes envoient, et n’aperçoit personne sur le pont principal du bateau américain. D’un signe de la tête, le capitaine envoie son second et un membre d’équipage inspecter le Mary Celeste.

Lorsqu’Oliver Deveau et John Wright reviennent dans la cabine du capitaine, ce dernier ne peut s’empêcher de remarquer leur air décontenancé. Il les presse alors d’expliquer la situation à bord, mais l’incompréhension de ses hommes lui paraît vite légitime : ils n’ont trouvé personne à bord. Pourtant, il restait six mois de vivres dans les cales, la cargaison d’alcool à destination de Gênes s’y trouvait toujours, ainsi que les objets de valeur des marins disposés négligemment dans leurs quartiers. La dernière note dans le journal de bord date du 25 Novembre et n’évoque aucune situation à risque rencontrée par l’équipage du Mary Celeste

Tout porte alors à croire qu’il s’est purement et simplement volatilisé.

Cependant, le seul canot de sauvetage amené à bord est reporté manquant. Qu’est-ce-qui avait donc conduit un capitaine et sa demi-douzaine de marins aguerris à abandonner le navire ? L’énigme du Mary Celeste commençait tout juste, un mystère qui n’aurait de cesse de s’épaissir au fil des années.

mc_chart
Carte des trajets des deux navires à travers l’Atlantique. (Source: maryceleste.net)

Morehouse décide néanmoins de ramener le bateau fantôme à Gibraltar, ce qui n’est pas chose aisée, puisqu’il doit diviser son équipage en deux : trois hommes dont Deveau devront mener le Mary Celeste à bon port tandis que les cinq marins restants prendront les commandes du Dei Gratia. Au prix de grands efforts, tous parviennent sains et saufs à la péninsule britannique, où un tribunal est mis en place sans attendre pour faire toute la lumière sur l’histoire.

Les audiences débutent le 17 Décembre et sont présidées par un procureur général du nom de Frederick Flood. Malheureusement pour le capitaine du Dei Gratia, Flood martèle, en dépit du manque de preuves, qu’un crime a été commis… Cela affectera durablement la carrière de Morehouse qui ne tirera que 1 700£ du bateau secouru – soit un cinquième de la valeur réelle du navire et de sa cargaison – et sa réputation se trouvera gravement entachée par les accusations portées à son encontre… Très vite en effet, plusieurs solutions sont proposées, toutes plus farfelues les unes que les autres.

  • Les cales du navire abritant une grande cargaison d’alcool, l’équipage se serait laissé aller à la boisson et serait entré dans une folie meurtrière, assassinant le capitaine et sa famille. (Néanmoins, il est utile de préciser qu’il s’agissait d’alcool dénaturé, donc impropre à la consommation… La vie en mer, c’est pas facile, mais tout de même.)
  • Les capitaines Morehouse et Briggs se seraient entendus, lors de leur rencontre à New York, sur ce scénario afin d’entreprendre une arnaque à l’assurance.
  • Des gaz toxiques émanant de la cale bourrée d’alcool auraient conduit le capitaine à ordonner l’abandon du navire, ce afin d’éviter tout risque d’intoxication ou d’explosion.
  • Une « trombe marine » (sorte de tornade sur les flots) se serait déchaînée dans le sillage du bateau, évacué en toute hâte par les marins saisis d’effroi. Les variantes de cette version incluent des tremblements de terre sous-marins voire même des attaques de monstres des profondeurs, tels que les calamars géants ou les… crabes mangeurs d’hommes (si, si).
  • Un Afro-Américain se serait glissé à bord et sa haine pour les personnes à la peau blanche l’aurait poussé à l’irréparable. (Cependant, cette histoire fut inventée par le jeune Arthur Conan Doyle, alors âgé de 25 ans, et je ne sais pour quelle raison elle fut considérée comme une éventualité par les spécialistes de l’affaire.)
  • 1297730785183_ORIGINAL
    Reconstitution des faits avec des cascadeurs professionnels. Ne pas réaliser chez soi. (Source: theDailyObserver)

    Le capitaine et son second se seraient défiés lors d’une compétition de natation autour du bateau, mais pas un concours de circonstances, tous les marins venus assister au spectacle auraient fini par passer par-dessus bord, le bateau dérivant ainsi sans que personne ne puisse y remonter. (Selon cette théorie riche en détails, le seul survivant parvient néanmoins à détacher le canot de sauvetage et rejoint les Açores, où il change d’identité de peur d’être impliqué dans le mystère qui plane autour de l’enquête.)

  • Des extraterrestres auraient débarqué sans prévenir dans leurs soucoupes volantes puis emmené les pauvres marins avec eux dans la quatrième dimension. (Une autre hypothèse paranormale évoque le légendaire Triangle des Bermudes – bien que les faits se soient déroulés à des milliers de kilomètres de sa localisation.)
  • Des pirates issus d’Afrique du Nord auraient abordé le navire et tué son équipage (mais pourquoi alors Morehouse aurait-il trouvé le bâtiment déserté et plein à craquer d’alcool et de vivres ? Peut-être les pirates aiment-ils seulement l’adrénaline…)
  • Des rats très agressifs se seraient dissimulés dans les cales du Mary Celeste et, après absorption de quelques gouttes de l’alcool qui y était entreposé, se seraient brusquement laissés tenter par la chair humaine. Pris de panique, les marins mirent à l’eau le radeau de sauvetage, mais après quelques coups de rame, auraient réalisé que les rats les suivaient à la nage et… [à vous de finir l’histoire et d’en envoyer le scénario au mauvais réalisateur de votre choix.]
  • L’équipage aurait accosté sur une petite île et, après avoir jeté l’ancre et fait quelques pas sur le plancher des vaches, aurait réalisé trop tard que l’île en question n’était autre qu’une baleine faisant surface… L’animal aurait aussitôt replongé, emportant par le fond les marins médusés – et laissant leur bateau intact bringuebaler à sa surface.

Un siècle et demi plus tard, le mystère reste entier, et le Mary Celeste a acquis la sombre réputation de bateau-fantôme le plus célèbre au monde. Son histoire sera maintes fois racontée et déformée : dès 1883, le Los Angeles Times inventait qu’un feu brûlait toujours dans la cuisine du navire, ou que la dernière entrée dans le journal de bord aurait été rédigée une heure avant la découverte de Morehouse.

Une chose est néanmoins certaine : ni le capitaine Briggs et sa famille, ni aucun membre d’équipage ne sera revu après les faits… Ce qui donna à Brian Hicks le sentiment que « le bateau-fantôme pourrait être la meilleure illustration du vieux proverbe qui dit que la mer ne livre jamais ses secrets. »

Wojtek, a Joyful & Hairy Soldier

Français

355741-wojtek-the-bear
Greetings! The shortest way to the beach, please? (Source: EdinburghSTV)

During WW2, the Polish Army certainly welcomed within its ranks the most hairy-looking corporal that any had ever seen before: a brown bear going by the name of Wojtek (roughly meaning “the joyful warrior” in Polish).

The story of the bear can be traced to Hamadān, an Iranian city located 320 kilometers away from Teheran, where Polish troops stayed in April 1942. There, they came across a local boy carrying a cub whose mother had perished from hunters; Lt. Anatol Tarnowiecki, moved by the story, bought the animal who later became the mascot of the 22nd Artillery Supply Company (22 Kompania Zaopatrywania Artylerii).

Wojtek_the_bear
Wojtek in 1942: Sit! (Source: PD-BritishGov via Wikimedia)

Soon, the bear grew in size and reputation. He would drink milk from an empty vodka bottle, and fancied beer, cigarettes (which he mostly ate) but also some conventional Winnie-the-Pooh-food such as honey and jam. The bravest soldiers would also challenge him to some occasional wrestling. One of his closest pals, Dymitr Szawlugo, explained: “Many soldiers would not play with Wojtek as it got quite rough sometimes with people being scratched and uniforms getting torn. You had to know how to handle the bear and if you did no one got hurt.”

Wojtek followed his fellow soldiers all the way through Middle-East but trouble awaited when the troops boarded a ship in Egypt to Italy, where they were supposed to side forces with British. Indeed, the bear was not an official part of the Polish company, thus he could not journey alongside them; this was resolved simply by enlisting the bear as a regular member of the troops.

In 1944, the Polish unit fought at the Battle of Monte Cassino, and Wojtek helped by carrying ammunition; to pay tribute to his courage, the emblem of the company was redesigned to a bear with a shell in his paws.

Wojtek eventually ended up in Edinburgh Zoo in 1947, where he would spend his later life until his death in 1963. He would sometimes be offered cigarettes from former soldier pals. It is said that among all visitors he received during his time in Scotland, he would only give its full attention to those who addressed him in Polish.

szlak-bojowy-wojtka
Map of the soldier bear (& his companions) journey across Europe during WW2 (Source: pomnikwojtek.wordpress)

So goes the story of a bear whose company helped bearing the horrors of war.


Sources:


 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’armée polonaise a accueilli dans ses rangs celui qui restera sans doute le caporal le plus poilu du conflit. Et pour cause : il s’agissait d’un ours brun baptisé Wojtek (ce qui signifie grossièrement « le joyeux combattant » en polonais).

L’histoire de l’animal remonte jusqu’à la cité d’Hamadān, en Iran, à quelques 320 kilomètres de Téhéran, où les troupes polonaises firent escale en Avril 1942. Elles y firent la rencontre d’un jeune garçon portant un ourson orphelin dans ses bras… Le lieutenant Anatol Tarnowiecki l’acheta alors à l’enfant, et l’animal devint la mascotte du 22ème Régiment d’Artillerie (22 Kompania Zaopatrywania Artylerii).

Voytek1L_468x641
Une valse ? (Source: MailonSunday)

Très vite, l’ours grandit en taille et en réputation. Il se vit offrir du lait d’une bouteille de vodka vide improvisée en biberon, et se régala des autres plaisirs des soldats – notamment de bière et de cigarettes (qu’il avalait), mais aussi de nourriture plus conventionnelle comme de miel et de confiture. Les hommes les plus courageux défiaient également Wojtek à la lutte ! L’un des compagnons de jeu les plus réguliers de l’ours, Dymitr Szawlugo, expliqua que « comme il était parfois un peu brutal, de nombreux soldats craignaient de jouer avec Wojtek, car certains se retrouvaient griffés ou leurs uniformes déchirés. Vous deviez savoir comment le gérer. »

La mascotte suivit ses compagnons à travers le Moyen-Orient, mais dût faire face à un problème en arrivant à Port-Saïd, en Egypte, où les hommes s’apprêtaient à embarquer pour rejoindre le commandement britannique dans la campagne d’Italie. En effet, Wojtek n’appartenant pas officiellement au corps d’armée, il n’était en conséquence pas habilité à monter à bord… La dispute fut résolue en inscrivant simplement l’ours en tant que soldat régulier, avec son matricule et son grade.

comment_3ppoAOxlD3dzc6kaS6VIadddUpMtQ5Pe
Un ours plein de ressources : suivi de Wojtek et des troupes polonaises pendant la Seconde Guerre Mondiale. (Source: Wykop.pl)

En 1944, l’unité polonaise combattit à la fameuse bataille de Monte Cassino, et Wojtek contribua à la victoire alliée en portant des munitions ; pour récompenser son courage, l’emblème de la compagnie devint un ours stylisé, représenté un obus entre les pattes.

Wojtek termina son aventure au Zoo d’Édimbourg, en Ecosse, où il passa le reste de ses jours jusqu’à sa mort, en 1963. Parfois, ses anciens compagnons d’armes lui rendaient visite et lui tendaient une cigarette à mâchonner… On dit que l’ours levait la tête quand il entendait parler polonais.